Il frappe et étrangle sa femme et force sa fille de 17 ans à regarder la scène !

Un homme de 44 ans a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Versailles pour des faits de violences familiales. Les faits se sont déroulés lundi 20 juillet à Fontenay-le-Fleury, dans les Yvelines.

Le 20 juillet, la police est appelée par des voisins qui entendent des cris. Arrivées sur place, les forces de l’ordre tentent d’entrer dans le domicile mis en cause. Si au départ Alberto refusait de les laisser entrer, il s’est ensuite rapidement montré agressif envers les policiers avant de les frapper à coups de bâton. Chose qu’il venait de faire sur sa femme et sa fille.

Après des échanges houleux, sa compagne décide de sortir. Complètement apeurée, elle porte des marques rouges au cou. Elle reste silencieuse et semble attendre les directives de son mari.

Déjà condamné pour violences

L’une de ses filles, la plus grande, âgée de 17 ans, sort ensuite à son tour et demande à parler aux policiers. C’est elle qui va avouer que son père frappe sa mère et qu’il lui a demandé de regarder la scène. Il l’aurait giflée, étranglée puis menacée avec un ouvre-bouteilles avant de s’en prendre à sa fille, mais cette fois-ci avec une ceinture, engendrant 5 jours d’incapacité.

Plusieurs mains courantes avaient déjà été déposées à l’encontre du prévenu pour violences ; deux mentions figurent sur son casier judiciaire. « Je demande pardon à ma fille. C’est un comportement inexplicable. Je demande au tribunal de me laisser en liberté et d’être suivi par un psychologue. Je n’avais pas l’intention de la blesser. J’ai perdu le contrôle », tente de se défendre Alberto, détenu sous mandat de dépôt. La président s’indigne : 

Les photos sont assez parlantes. Qu’est ce qui explique ces violences sur votre fille, comment peut-on se déchaîner autant sur une mineure ? ».

« Je n’ai jamais eu de problème avec elle. J’étais effondré. Je suis allé la chercher dans une autre pièce pour qu’elle assiste à notre conversation. Je voulais qu’elle comprenne ce qu’il se passait, j’ai fait quelque chose de mal », répond Alberto, père de 7 enfants dont 5 à charge.

La mère ne s’est pas présentée au tribunal

Une administrative ad hoc était présente pour représenter la mineure. La mère n’ayant pas voulu assister au procès.

J’ai eu sa mère au téléphone, elle n’a pas voulu me passer sa fille. Depuis, je n’ai toujours pas de retour. Elles ont tellement peur, qu’elles n’osent pas venir au tribunal et la mère n’appelle même pas la personne désignée pour sa fille », indique-t-elle.

« D’habitude nous faisons face à des violences légères sur les enfants, là nous avons tout un environnement. Dès l’arrivée de la police, il s’est montré agressif et toute la famille était en retrait. Sa femme évoque même qu’il ne s’est rien passé malgré les cris. C’est sa fille qui va tout raconter. En sachant qu’il allait exploser, il est quand même parti la chercher pour qu’elle supporte les violences sur sa mère avant de la frapper à son tour, raconte l’avocat de la partie civile. Les policiers étaient sidérés par le comportement de la mère. Elle était absente et attendait les instructions de son mari. Madame couvrait tout et continue aujourd’hui. Au-delà du 20 juillet, il y a une violence permanente. »

Il a été condamné à 6 mois de prison ferme, s’est vue retirer l’autorité parentale sur sa fille et doit lui verser 1 500 € de dommages et intérêts. Il a également interdiction d’entrer en contact avec sa femme.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom