(IMAGES) : Plus de 50 morts à Gaza pendant l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem

La journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien, depuis la guerre de l'été 2014, dans la bande de Gaza. Tandis qu'à Jérusalem, officiels américains et israéliens inauguraient la nouvelle ambassade des Etats-Unis, dans la bande de Gaza, dont la périphérie avait été déclarée zone militaire close, des dizaines de milliers de Palestiniens ont protesté toute la journée. Les soldats israéliens ont tué 55 Palestiniens et quelque 2700 manifestants ont été blessés.

La direction palestinienne a crié au « massacre », alors que le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a justifié l’usage de la force par le droit d’Israël à défendre ses frontières contre les agissements « terroristes » du mouvement islamiste Hamas, qui gouverne Gaza.

Des Palestiniens se rassemblent dans la bande de Gaza, près de la frontière avec Israël, pour manifester notamment contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. IBRAHEEM ABU MUSTAFA / REUTERS

2|18
L’armée israélienne lance des grenades lacrymogènes sur les manifestants palestiniens, à Gaza. MAHMUD HAMS / AFP

3|18
Un manifestant palestinien et son lance-pierre, à Gaza, le 14 mai 2018. MOHAMMED SALEM / REUTERS

4|18
Un adolescent porte le drapeau palestinien pendant les affrontements entre les forces israéliennes et les manifestants palestiniens, à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, le 14 mai 2018. MAHMUD HAMS / AFP

5|18
Des soldats israéliens à la frontière avec la bande de Gaza, le 14 mai 2018. BAZ RATNER / REUTERS

6|18
Un Palestinien utilise une fronde pendant les affrontements avec les forces israéliennes, à Gaza. MAHMUD HAMS / AFP

7|18
Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, arrive pour l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine, à Jérusalem, le 14 mai 2018. RONEN ZVULUN / REUTERS

8|18
L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, lors de l’inauguration de la nouvelle ambassade à Jérusalem, le 14 mai 2018.MENAHEM KAHANA / AFP

9|18
Le secrétaire d’Etat américain Steven Mnuchin et Ivanka Trump, fille et conseillère du président des Etats-Unis, dévoilent la plaque de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. MENAHEM KAHANA / AFP

10|18
Le secrétaire d’Etat au Trésor américain Steven Mnuchin et Ivanka Trump, fille et conseillère du président des Etats-Unis, posent devant la plaque de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. MENAHEM KAHANA / AFP

11|18
« Que Dieu bénisse cette ambassade. » Un message enregistré par le président américain Donald Trump est diffusé lors de l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le 14 mai 2018. MAXPPP

12|18
Des femmes posent devant la plaque de la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le 14 mai 2018. MENAHEM KAHANA / AFP

13|18
Un Palestinien porte un manifestant blessé, dans les affrontements avec les forces israéliennes, à la frontière entre Gaza et Israël, le 14 mai 2018. MAHMUD HAMS / AFP

14|18
Des Palestiniens évacuent un blessé, à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, le 14 mai 2018. THOMAS COEX / AFP

15|18
Des secouristes palestiniens approchent les mains en l’air de la frontière pour atteindre des manifestants blessés par les forces israéliennes, le 14 mai 2018. THOMAS COEX / AFP

16|18
Un Palestinien pleure son frère, tué pendant les manifestations, le 14 mai 2018, dans une morgue de la bande de Gaza.MOHAMMED SALEM / REUTERS

17|18
Des proches endeuillés prient pour un Palestinien tué par l’armée israélienne, le 14 mai 2018. ABED ZAGOUT / ANADOLU AGENCY / AFP

PARTAGER CETTE IMAGE
18|18
Un enfant prend son père en photo devant les drapeaux américain et israélien projetés sur les murs de la vieille ville de Jérusalem et un message disant « Merci président Trump », au soir de l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine, le 14 mai 2018.

 

Ces évènements ont suscité une vive inquiétude internationale et provoqué une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, à l’initiative du Koweït. Une nouvelle mobilisation est prévue près de la frontière, mardi, jour où les Palestiniens commémorent la Nakba, la « catastrophe » qu’a constituée pour eux la création d’Israël en 1948, synonyme d’exode pour des centaines de milliers d’entre eux.

PARTAGER