Impactées par le Ter : quand l’Apix poignarde la Senelec, la Sonatel et la Sde dans le dos

Les indemnisés disparaissent avec leurs factures échues estimées à plusieurs milliards de francs…
Pour les besoins des travaux du Train express régional (Ter), l’Apix a généreusement indemnisé les 12.000 impactés avant de procéder à la destruction des maisons, ateliers et commerces situés sur l’emprise de ce projet à Dakar, Pikine et Rufisque. 

Hélas, trois fois hélas, en remettant les chèques d’indemnisation aux impactés, l’Apix n’a pas pris en compte les intérêts de la Senelec et de la Sde. En effet, les indemnisés ont tout bonnement déguerpi des lieux qu’ils occupaient sans s’acquitter de leurs factures d’eau et d’électricité arrivées à échéance ou sur le point d’y arriver. Le préjudice subi par ces sociétés est estimé à plusieurs centaines de millions voire des milliards de francs. 

Un vrai coup de poignard financier dans le dos de ces sociétés concessionnaires ! Plusieurs mois, plus d’un an, l’Apix a démarré les opérations de démolition pour libérer les emprises du Train Express Régional (Ter). De Rufisque à Dakar en passant par Pikine et Thiaroye-gare, les déguerpissements se font au fur et à mesure que l’Etat procède aux indemnisations financières des 12.000 propriétaires impactés par le projet. Comme quoi, toutes les populations impactées ont finalement adhéré au schéma graduel d’indemnisation de l’Apix en fonction du planning d’exécution des travaux. 

D’ailleurs, si aucune manifestation de contestation n’a été enregistrée devant les bulldozers à Thiaroye ou Pikine par exemple, c’est parce que les impactés ont été trop généreusement indemnisés par l’Etat. Des indemnisations au delà même des barèmes imposés par la réglementation afin d’anéantir toute velléité de contestations sociale pouvant freiner les travaux de ce grand projet du 21e siècle du président Macky Sall. 

Ce qui justifie les dernières phases de démolition sur l’axe Pikine-Thiaroye où pratiquement toutes les maisons et magasins concernés ont été rasés. A côté des décombres, les ayants-droits ou les « victimes » ont récupéré des chèques allant de 15 à 300 millions cfa compte tenu de la valeur et du régime foncier des occupations (titre foncier, bail ou sans droit réel). Dans certains quartiers et villages traditionnels situés à Thiaroye, Pikine et Rufisque beaucoup d’impactés sans droit réel, qui n’en croyaient pas leurs yeux, ont reçu des indemnités d’expropriation à hauteur de 75 millions cfa. Et d’autres jusqu’à 200 millions cfa. 

Une absence de solidarité de créances à déplorer ! Seulement voilà, si les déguerpis se frottent les mains, d’autres sociétés non directement impactées n’ont que leurs yeux pour pleurer. En effet, s’il existe des sociétés qui ont subi les effets néfastes et les conséquences indirectes de ces opérations de déguerpissement de masse, ce sont bel et bien la Senelec, la Sde et la Sonatel. En remettant les chèques aux propriétaires-impactés, l’Apix n’a pas pris en compte les abonnés et leurs factures d’eau, d’électricité et de téléphone arrivées à échéance. Autrement dit, après avoir consommé l’eau, l’électricité et le téléphone les indemnisés sont partis en « oubliant » de payer leurs factures bimestrielles anciennes mais aussi celles en cours. Des indemnisés, surtout, partis sans laisser d’adresses. 

Un véritable coup de poignard financier dans le dos de ces sociétés concessionnaires puisque les propriétaires indemnisés ont tout bonnement disparu de la circulation sans s’acquitter de leurs factures. Le cumul des impayés est estimé à plusieurs centaines de millions voire des milliards cfa. La preuve par le vieux B. Diop indemnisé à hauteur de 80 millions cfa. Et au moment des opérations de démolition intervenues entre le vendredi 2 et samedi 17 novembre dernier à Pikine-GuinawRail, il était en possession de deux factures d’électricité d’un montant global de 128.000 cfa. De même qu’une facture d’eau à échéance (16.000 cfa). 

Malheureusement, il a du quitter sous la menace des bulldozers sans honorer ses factures auprès de la Senelec et la Sde. Et pourquoi l’Apix n’a-t-elle pas exigé au préalable des quitus d’eau, d’électricité et de téléphone contre la remise des chèques aux ayants droits ? « Pourtant, si l’Apix nous avait demandé des quitus au moment des paiements, on les aurait produits car nous avions assez d’argent ou en tout cas on nous en promettait assez pour que nous allions emprunter s’il le faut pour payer ces factures afin d’obtenir les quitus libératoires » confie le Vieux Diop qui vient d’acheter une maison à Sangalkam. 

Seulement, il faut déplorer le fait que l’Apix n’ait pas pu activer le mécanisme de solidarité de créances permettant à chacune de ces sociétés d’exiger le paiement de toute facture à l’échéance. Et pourtant dans toutes opérations de démolition (Hann, Pikine, Thiaroye, Rusfique), les bulldozers de l’Apix ont été assistés par des agents de la Sonatel, de la Sde et de la Senelec pour mettre hors usage ou hors tension les différents réseaux hydrauliques, électriques et téléphoniques. Pendant ce temps, des factures à l’échéance souffrent sous les décombres ! Il est vrai qu’il existe parfois que des entreprises soient touchées par des problèmes de factures impayées, mais pas de cette ampleur ! Or souvent, plus la structure est petite, plus les conséquences sont moins graves.

Il est encore vrai que dans d’autres pays aux quartiers ravagés par des catastrophes naturelles, les sociétés aux produits vitaux d’intérêt public comme la distribution d’eau et d’électricité passent par profits et pertes les factures d’impayés. Mais tel n’est pas le cas dans le projet Ter où un long processus de recensement et d’indemnisation a été déclenché avant l’aboutissement des opérations de déguerpissement sur fond de remise de chèques. 

Ce, au grand malheur de la Senelec, de la Sde et de la Sonatel. Mouhamadou Makhtar Cissé, Abdoul Ball et Sékou Dramé savent donc ce qu’il leur reste à faire : adresser un duplicata de toutes les factures non honorées par les indemnisés du projet TER à Mountaga Sy, directeur général de l’Apix…

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom