INCENDIES EN CALIFORNIE : 66 morts et plus de 600 personnes portées disparues

MONDE Donald Trump se rendra sur place samedi, a annoncé la Maison Blanche.

Chaque soir, le shérif du comté de Butte procède au funeste décompte des corps calcinés retrouvés lors des fouilles de la journée. Jeudi, le bilan du Camp Fire, qui a ravagé la ville de Paradise, dans le nord de la Californie, s’est alourdi de sept victimes, à 66 morts, soit 66 victimes déplorées dans l’Etat. Mais surtout, Kory Honea a partagé un chiffre effroyable : 631 personnes sont désormais portées disparues, contre 130 la veille.

C’est un bilan, certes provisoire, mais de plus en plus dramatique. Le nombre de personnes disparues dans l’incendie qui ravage le Nord de la Californie a brusquement grimpé jeudi à plus de 600, et le nombre de morts a été porté à 63.

Mercredi, les disparus étaient une centaine. Jeudi dans la journée, les autorités ont diffusé une liste d’environ 300 personnes avant de rendre public le nombre de 631 personnes jeudi soir. « Je veux que vous compreniez le chaos exceptionnel auquel nous avons fait face » lorsque le feu s’est déclenché, a déclaré le shérif du comté de Butte, Kory Honea, pour justifier cette brutale augmentation.

Les secours se concentrent sur la petite ville de Paradise, dans le comté de Butte, au nord de la capitale Sacramento, prisée des retraités et presque entièrement détruite par l’incendie.

Sur Twitter, un présentateur de NBC, Carl Quintanilla, a partagé une photo particulièrement marquante de la ville de 26.000 habitants, vidée de ses habitants et donnant l’impression qu’elle a subi une attaque nucléaire. Un cliché retweeté plus de 3500 fois.

« Informer leurs proches et leur donner des réponses »

Au huitième jour du sinistre, 7 nouveaux corps ont été retrouvés, portant le bilan du Camp Fire, le nom de l’incendie, à 63 morts. Ce feu est déjà le plus meurtrier de l’histoire dans cet Etat de l’Ouest américain. Le shérif a aussi indiqué que des tests ADN sont en cours pour confirmer l’identité des victimes. A plusieurs centaines de kilomètres au sud, près de Los Angeles, le Woolsey Fire a, lui, fait au moins 3 morts, portant le bilan des morts dans les incendies en Californie à 66. Les pompiers espèrent le contenir entièrement d’ici lundi, grâce à l’amélioration des conditions climatiques.

 

Au total, 461 secouristes, aidés de 22 chiens spécialisés dans la recherche de restes humains, sont déployés sur le terrain, se rendant de maison en maison dans la ville dévastée.

L’origine des incendies n’a pas encore été identifiée

Le feu, qui s’est déclaré jeudi dernier, a brûlé plus de 57 hectares, et les fumées ont atteint Sacramento, à 130 km au sud de Paradise. « Nous sommes au milieu d’une catastrophe », a déclaré le gouverneur démocrate de l’Etat, Jerry Brown, alors que plus de 50 000 personnes ont été évacuées à cause de l’incendie qui fait toujours rage.

A Chico, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Paradise, un campement de fortune d’une centaine de tentes s’est formé sur le parking d’un supermarché. Plusieurs centres d’hébergement d’urgence sont pleins et la promiscuité provoque des problèmes sanitaires. A Chico, un norovirus, qui cause vomissements et diarrhées, a ainsi touché entre 15 et 20 personnes.

L’origine des deux incendies n’a pas encore été identifiée. Mais plusieurs victimes du Camp Fire ont porté plainte contre le fournisseur local d’électricité Pacific Gas & Electric (PG & E), affirmant que des étincelles sur une ligne à haute tension ont déclenché le brasier.

Donald Trump sur place samedi, les écoles fermées

Donald Trump se rendra samedi en Californie à la rencontre des personnes frappées par les incendies, a annoncé la Maison Blanche. La première réaction du président américain face au drame avait suscité une vive polémique. D’un tweet, il avait en effet accusé l’Etat de Californie, contrôlé par les démocrates, de mauvaise gestion des forêts alors que celles-ci sont en majorité sous le contrôle de l’Etat fédéral.

Alors que le Camp Fire n’est contenu qu’à 40 %, la fumée continue de polluer l’air de toute la Californie du nord. Les écoles publiques de la région de Sacramento mais également celles de San Francisco seront fermées vendredi, alors que le taux de particules en suspension atteint des niveaux dangereux.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom