Italie : Voici Saliou Diouf le sénégalais mort en tombant du haut d’un fourneau métallurgique

Un tragique accident du travail s’est produit peu après 5 heures du matin, samedi 29 février, à Bellusco, Monza Brianza. Comme le rapporte PrimaMonza, le Sénégalais Saliou Diouf a perdu la vie en chutant du haut d’un fourneau métallurgique. Il laisse une femme et quatre enfants. Il était très actif dans le monde syndical pour améliorer la sécurité au travail

Comme l’a rapporté PrimaMonza , la victime d’origine sénégalaise, Saliou Diouf, travaillait à “Zincol” depuis plus de vingt ans et résidait avec sa famille à Capriate San Gervasio. Très actif dans la communauté sénégalaise établie en Italie, l’homme de 44 ans laisse une femme et quatre enfants. Les circonstances de l’accident sont toujours en cours d’examen par la police, mais d’après les premières reconstructions, il semble que le travailleur se serait tombé dans un four éteint d’une hauteur d’environ 13 mètres. Saliou Diouf faisait des travaux d’entretien des installations du four.

Un accident de travail à Bellusco selon les sapeurs

Saliou Diouf était également connu pour son grand engagement au fil des ans dans le domaine de la sécurité au travail, au point même de se présenter aux prochaines élections de l’Unité des représentants syndicaux (RSU).

Il était un travailleur attentif aux conditions de vie et de travail au sein de son usine – explique Adriana Geppert, secrétaire et responsable Santé et Sécurité de “Fiom CGIL Brianza”. Attentif aux valeurs syndicales et à la justice au travail, il était membre du syndicat depuis de nombreuses années. Les principes et convictions qui l’ont amené à se présenter aux élections de l’Unité des représentants syndicaux, ainsi que comme représentant de la sécurité des travailleurs, sur la liste de Fiom CGIL qui devait avoir lieu le 13 mars ».

Selon le secrétaire général de “Fiom-CGIL Brianza”, Pietro Occhiuto: «Il n’y a pas de mots pour commenter ce qui s’est passé, nous sommes face à une véritable urgence nationale. Nous ne pouvons pas éviter d’aborder cette question avec la juste importance qu’elle doit avoir. Ce qui se passe sur le lieu de travail est un véritable massacre, il faut l’appeler comme ça ».

La solidarité exprimée par les syndicats a été immédiate et ils se sont également mis à la disposition de la famille “pour les aider en ce moment difficile à déterminer les responsabilités”. «Il n’est pas concevable – concluent Geppert et Occhiuto – que la question de la sécurité au travail revienne toujours au premier plan et à l’attention de tous, uniquement lorsque ces tragédies se produisent !”


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom