JEUDI 30 Août, date cruciale pour Karim WADE et Khalifa SALL: Pourquoi cette coïncidence suspecte ?

La Cour suprême du Sénégal se prononce jeudi 30 août prochain sur l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales. Le verdict de l’Appel dans l’affaire de la caisse d’avance aussi sera rendu le 30 août prochain. Mais l’on est tenté de se poser la question de savoir si c’est pas par hasard et coïncidence que ces deux affaires seront vidées le même jour

Pour le fils de Abdoulaye Wade, l’unique candidat du Pati Démocratique du Sénégal (PDS), La haute juridiction a été saisie par ses conseils après que le tribunal d’instance de Dakar s’est déclaré incompétent à se prononcer sur le rejet de l’inscription de leur client.

Libération, qui donne l’information, souligne que la Cour suprême prendra connaissance des plaidoiries des avocats de Karim Wade avant de rendre son verdict.

De l’autre côté, dans l’affaire Khalifa Sall, Le président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji, a fixé pour le jeudi 30 août le verdict sur le procès en appel de l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, impliquant principalement le maire emprisonné Khalifa Sall, candidat déclaré à la présidentielle sénégalaise du 24 février 2019.

Pourquoi une même date pour deux grosses pointures de la Présidentielle de 2019 ?

Dans l’affaire Khalifa Sall, le verdict sera rendu « le 30 août à 10h », a dit Demba Kandji,  au terme du procès en appel qui a pris fin le 30 juillet passé. Au cours de cette dernière audience, le procureur Lansana Diabé Siby a, dans son réquisitoire, demandé la « confirmation de la décision prise en première instance, aussi bien pour les peines principales que les peines secondaires » contre le maire de Dakar et ses sept co-accusés.


Lire aussi: URGENT ! Khalifa Sall annonce sa candidature pour 2019


 

Ce jugement prononcé, le 30 mars 2018 par le tribunal correctionnel de Dakar, avait condamné le maire Khalifa Sall et le directeur administratif et financier de la ville de Dakar à une peine de 5 ans ferme et à une amende de 5 millions FCFA.

La défense de Khalifa a naturellement interjeté appel et bizarrement n’attendra pas longtemps. En effet, le Président de la Cour d’Appel fixe le début du procès au 9 juillet 2018, soit seulement trois mois après. Cette diligence n’a pas échappé aux Sénégalais, même pas au moins avertis d’entre eux. Elle en rappelle d’autres, qui ont caractérisé des décisions antérieures, notamment la transmission du Rapport qui incriminait Khalifa au Parquet, le traitement du dossier par le Procureur de la République et, immédiatement après lui, par le juge chargé de l’affaire. La suite est connue de tous !

A moins d’un miracle, le jugement de première instance sera confirmé pour Khalifa et compagnie.

De l’autre côté, dans l’affaire Karim Wade, le Conseil Constitutionnel a fixé, pour le jeudi 30 août prochain, son délibéré sur la recevabilité ou non de la candidature de Karim Wade. Et pour cette affaire aussi, on est tenté de dire qu’on connaît déjà la position des 7 « sages » : confirmation d’incompétence prononcée par le tribunal d’instance de Dakar ou tout simplement le rejet de la candidature du fils de l’ancien président Wade« .

Parrainage et course poursuite contre les  « moins de 6 mois » relatifs à la disposition de la CEDEAO

le 20 décembre 2001, l’assemblée nationale du Sénégal avait ratifiée une disposition de la CEDEAO qui interdit aux gouvernants des pays membres de toucher (ou tripatouiller) au Code électoral à six mois des élections ou bien de poursuivre un candidat à la présidentielle déclaré si les faits ne sont pas punissables de haute trahison ou de crime.

Par ailleurs, la collecte des signatures démarre lundi prochain soit 3 jours avant les verdicts des candidats précités plus en haut. Cette information faite par  le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, renseigne aussi que les candidats doivent déposer leurs dossiers de candidature  75 jours au plus et 60 jours au moins avant le démarrage du scrutin.


Lire aussi : Le parrainage des candidats démarre lundi prochain: comment s’y prendre ? 


 

Sans affirmer aucune liaison directe possible, l’on serait en mesure de dire que la date du 30 août 2018 choisie pour délibérer sur deux affaires est suspecte.

Mais seul les juges de ces différentes juridiction sont en mesures de nous dire le pourquoi de cette coïncidence à moins de faire appel à la clairvoyance du Député Cheikh Bamba Dièye !?

Mais en attendant jeudi, tous les regards sont tourné sur le processus de parrainage des candidats qui démarre ce lundi au Sénégal.

Samarew infos / La rédaction 

PARTAGER