KOWEÏT: une blogueuse, hostile au jour de congé accordé aux travailleurs philippins, suscite l’indignation

Si elle peut gommer bien des imperfections du visage, la tonne de maquillage que s’applique la Koweïtienne Sondos Al Qattan et qui, entre autres miracles, a fait sa gloire et sa fortune sur les réseaux sociaux, ne dissimulait pas seulement des petits boutons disgracieux, mais la noirceur insoupçonnée de son âme.

Tous les illuminateurs de teint, les poudres prodigieuses et autres eyeliners intensifiant le regard ont échoué à masquer l’esclavagiste raciste qui sommeillait en elle, à l’effarement de nombreux internautes de son pays.

Enlaidie par son absence totale d’humanité à l’égard des employés domestiques issus des Philippines, Sondos Al Qattan a fait tomber le masque en apprenant la série de réformes en leur faveur entérinée par le gouvernement du Koweït. Des réformes qui n’auraient sans doute jamais été adoptées sans le coup de semonce du président des Philippines en personne, Rodrigo Duterte, lequel s’est récemment indigné devant le sort peu enviable réservé à ses concitoyens, avant de les exhorter à rentrer chez eux.

Pour cette experte koweïtienne des artifices censés embellir les femmes, mais en couches épaisses, son propre maquillage ultra-sophistiqué n’a pas résisté à l’annonce d’un grand pas effectué dans la bonne direction, sur le chemin de la reconnaissance des droits des travailleurs philippins : l’autorisation de conserver leur passeport et l’octroi d’un jour de congé hebdomadaire.

Il s’est craquelé de toutes parts, alors qu’elle manifestait son hostilité sur Twitter, révélant son dédain haineux envers de pauvres hères et leurs conditions de travail misérables dans les émirats du Golfe persique.

C’est sous un jour nouveau, et pas sous son meilleur jour, qu’est apparue Sondos Al Qattan dans une vidéo qui a suscité un certain écoeurement dans les chaumières, mettant en lumière son vrai visage, sans fard…

« Pour les gens qui veulent aller chercher un domestique philippin, quels sont ces contrats de travail ridicules que vous devez signer à présent ?  Une femme que j’ai rencontrée m’a lu les nouvelles règles en vigueur et j’en ai été choquée. On peut leur donner une pause toutes les cinq heures, c’est normal, mais comment pouvez-vous avoir un domestique dans votre maison qui va garder son passeport avec lui ? Où vivons-nous ? S’il décidait de s’enfuir et de retourner dans son pays, qui va me rembourser ? », a-t-elle lâché, avant d’enfoncer le clou : « Pire encore, ils ont obtenu une journée de congé chaque semaine ! Avec ce nouveau contrat, je ne voudrais pas « obtenir » une femme de chambre philippine. Elle ne travaillerait que six jours par semaine et aurait quatre jours de congé par mois ! ». L’horreur, en somme !!

 

Oumma.com

PARTAGER