La Guerre commerciale USA-Chine qui secoue les marchés mondiaux

En représailles aux mesures américaines, Pékin annonce une augmentation de ses droits de douane sur des produits américains.

La Chine annonce ce lundi qu’elle va taxer pour 60 milliards de dollars de produits américains. Cette mesure de rétorsion marque une nouvelle dégradation des relations commerciales sino-américaines, lesquelles s’étaient brutalement crispées début mai, Washington accusant Pékin d’avoir fait marche arrière dans les négociations commerciales que les deux parties mènent depuis plusieurs mois. Les Bourses européennes creusent leurs pertes tandis que Wall Street reculait dès l’ouverture ce lundi.

De nouvelles négociations – présentées comme celles de la dernière chance –, visant à mettre un terme à la guerre commerciale bilatérale, se sont achevées la semaine dernière à Washington sans que les deux grandes puissances soient parvenues à un résultat. 

Mesures de représailles

Donald Trump avait fait passer vendredi de 10 % à 25 % les droits de douane supplémentaires sur environ 5 700 produits représentant 200 milliards de dollars (178 milliards d’euros) de biens chinois importés. Une procédure d’augmentation des tarifs douaniers sur la quasi-totalité des produits chinois devait par ailleurs être lancée lundi. Une décision prise par Donald Trump pour maintenir la pression sur la Chine.

« L’ajustement de nos droits de douane est une réponse à l’unilatéralisme et au protectionnisme commerciaux américains, a indiqué, lundi, Pékin dans son communiqué. La Chine espère que les Etats-Unis retourneront sur la bonne voie des consultations économiques et commerciales bilatérales. »

Le gouvernement chinois avait déjà promis à plusieurs reprises ces derniers jours qu’il allait prendre des « mesures de représailles nécessaires ». L’échéance du 1er juin semble toutefois indiquer que Pékin souhaite donner aux deux pays le temps de parvenir à un éventuel accord.

Les regards sont désormais tournés vers Donald Trump, qui s’est montré particulièrement menaçant lundi, peu avant le relèvement des droits de douane décidés par Pékin : « La Chine ne devrait pas répliquer – ça ne ferait qu’empirer les choses ! », a lancé dans un Tweet, lundi, le président américain.

Mais le gouvernement chinois a affiché sa détermination. « La Chine ne cédera jamais à aucune pression extérieure. Nous avons la détermination et la capacité de défendre nos droits et intérêts légitimes », a encore martelé, lundi, Geng Shuang, un porte-parole du ministère des affaires étrangères. « Nous l’avons déclaré à maintes reprises : l’ajout de droits de douane ne permet de résoudre aucun problème », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, plaidant pour un « accord [commercial] mutuellement bénéfique »entre les deux pays.

Réduire les commandes de Boeing

Avant les mesures annoncées lundi par Pékin, la quasi-totalité des marchandises américaines importées en Chine était déjà surtaxée par Pékin – soit 110 milliards de dollars sur un total annuel de 120 milliards. Pékin pourrait également cesser d’acheter des produits agricoles et réduire ses commandes d’avions Boeing, a fait savoir sur Twitter Hu Xijin, l’influent rédacteur en chef du quotidien Global Times, réputé proche du pouvoir.

Le négociateur en chef chinois sur le commerce, le vice-premier ministre Liu He, a déclaré vendredi que les discussions avec les Etats-Unis se poursuivront à Pékin. Il n’a, cependant, pas avancé de date. Le principal conseiller économique du président américain, Larry Kudlow, a, quant à lui, affirmé qu’une rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping est envisagée en marge du sommet du G20 des 28 et 29 juin à Osaka, au Japon. Le porte-parole Geng Shuang a refusé de confirmer lundi une telle possibilité, précisant simplement que « les chefs d’Etat chinois et américain restaient en contact constant par divers moyens ».

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom