La nouvelle vie de Carlos Ghosn au Japon : Sa boulangerie, ses séances d’entraînement …

Son procès devrait avoir lieu en avril 2020. En attendant, l’ancien président de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi prépare tant bien que mal sa défense. Diminué mais combatif, Carlos Ghosn a enfin pu quitter le deux-pièces où il était confiné. Révélations sur sa nouvelle vie d’assigné à résidence.

C’est désormais dans le quartier chic de Minato, à quelques encablures de la Tokyo Tower, la tour Eiffel nippone, que réside le roi déchu de Renault-Nissan- Mitsubishi. Ici, Carlos Ghosn dispose enfin d’une maison, après avoir passé 130 jours derrière les barreaux et plusieurs semaines dans un deux-pièces lugubre de Shibuya, la zone la plus touristique de la mégapole japonaise. Le dirigeant franco-libano-brésilien s’y est trouvé une villa sur deux étages avec garage, sans charme, mais plus conforme à son standing. A une adresse que nous ne révélerons pas – c’était la seule condition posée par ses proches pour qu’ils nous parlent.

Seuls quelques voisins ont remarqué sa présence. Ils peuvent le croiser quand il va faire ses courses au «konbini» du coin, l’une de ces petites épiceries typiques, au Bio c’Bon, au supermarché Nissin World Delicatessen, ou encore à la Maison Landemaine, une boulangerie française toute proche où il a ses habitudes. Comme un citoyen ordinaire. Même si, dans le voisinage, on le surnomme «Carlos le fantôme».

En cette fin juillet, l’ancien homme d’affaires peut déambuler sans grand risque d’être démasqué. A Tokyo, et partout au Japon, on célèbre O-Bon, la fête des morts. Le moment où les ancêtres visitent les vivants avant de repartir dans l’au-delà. La ville tourne au ralenti, et les rares habitants restants se terrent, accablés par la chaleur et l’humidité de saison. Selon les quelques témoins qui l’ont vu récemment, Ghosn n’est plus que l’ombre de lui-même. Il est amaigri, frêle. Toujours en vie, certes, mais encore à la merci de ses accusateurs.

Dans ce quartier chic abritant ambassades et sièges de multinationales, Ghosn mène une vie de fantôme. Soit l’adresse n’a pas fuité, soit les médias locaux, réputés être en grande partie à la botte du pouvoir et des groupes de pression dans un pays classé 67e pour la liberté de la presse, sont repus du spectacle de la descente aux enfers de l’icône déchue. Celui qu’ils portaient au pinacle pour avoir redressé Nissan en trois ans n’est plus dépeint, dans leurs colonnes, qu’en tyran cupide. A peine quelques voisins de Minato pour s’apercevoir de sa présence. Quand l’un d’eux lui glisse un « courage ! », il redevient l’espace d’une seconde le roi du monde.

Jamais il ne plaidera coupable

On peut le croiser faisant ses courses chez Nissin World Delicatessen, un petit supermarché en étages, sans vitrine sur la rue. Carlos Ghosn a aussi ses habitudes chez Landemaine, une délicieuse boulangerie française à l’ancienne. Mais on ne l’y voit jamais en terrasse. De là, il est à vingt minutes de voiture de ce qu’il appelle le « bureau », un cabinet d’avocats au cinquième étage d’un immeuble sobre et moderne de Chiyoda, le seul lieu où il est autorisé par les juges à surfer sur Internet et à communiquer avec le monde extérieur. Ghosn y passe le plus clair de la semaine. Une assistante veille sur son emploi du temps millimétré, contre quatre autrefois, quand il régnait sur 450 000 salariés et deux multinationales distantes de 10 000 kilomètres. L’ancien P-DG n’est plus le boss que d’une armée restreinte de conseils et d’avocats sommés de le faire acquitter et de redorer un blason conquis de haute lutte.

Les lundis et mercredis sont consacrés à discuter en visioconférence avec ses quatre enfants, ses amis, ses contacts « généraux » et les meilleures sociétés de relations publiques dont il s’est attaché les services en France, aux Etats-Unis et au Japon. Les mardis, jeudis et vendredis sont les journées les plus chargées. De 9 heures à 18 heures, Ghosn enchaîne réunions et à nouveau vidéoconférences, remontant le temps au gré des fuseaux horaires. Un seul ordre du jour : préparer ce procès à la date toujours incertaine où il entend plaider « non coupable » des quatre chefs d’accusation retenus contre lui. « Jamais », jure Ghosn à son entourage, il ne concédera le moindre aveu pour adoucir ses juges.

Chaque jour, Carlos Ghosn se lève très tôt. Il a repris ses séances de stretching. Quand il fait beau, il lui arrive de faire du vélo, ou bien de marcher dans les parcs. De longues marches au cours desquelles il a tout loisir de se demander s’il n’a pas, comme certains le prétendent, trop négligé les cénacles d’influence parisiens. Pas par snobisme mais par manque d’intérêt, peut-être. Les choses se seraient-elles passées autrement ? Il tourne en boucle. Certains week-ends, il part pour Kyoto ou va admirer les paysages de rocs volcaniques déchiquetés de Karuizawa, gravir des montagnes, s’aérer. Au-delà de deux nuits, l’autorisation du juge est requise. Il la lui a toujours accordée.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom