L’affaire du Groenland vire à l’incident diplomatique entre Trump et la la première ministre danoise

Donald Trump, intéressé par l’achat du Groenland, a annulé sa rencontre avec la première ministre danoise, qui a peu apprécié la prise de position du président américain.

La lubie s’est transformée en incident diplomatique. Cinq jours après la révélation par le Wall Street Journal que le président des Etats-Unis évoquait devant ses conseillers l’hypothèse de l’achat du Groenland, Donald Trump a annoncé sur son compte Twitter, mardi 20 août, l’annulation de la visite qu’il devait effectuer au Danemark au début du mois de septembre.

« Le Danemark est un pays très spécial avec des gens incroyables », a-t-il écrit en recourant aux formules qu’il utilise à tout bout de champ. « Mais, étant donné les commentaires de la première ministre Mette Frederiksen, selon lesquels elle n’aurait aucun intérêt à discuter de l’achat du Groenland, je vais repousser notre rencontre prévue dans deux semaines à un autre moment », a poursuivi le président de la première puissance du monde, manifestement vexé.

 

« La première ministre a été capable de faire l’économie d’argent et d’efforts pour les Etats-Unis et le Danemark en étant si directe. Je la remercie pour cela et j’ai hâte de reprogrammer [cette visite] dans le futur », a-t-il ajouté pour faire bonne mesure, suscitant immédiatement un torrent de commentaires oscillant entre la consternation et la stupéfaction.

Plus tôt dans la journée, Mette Frederiksen avait fait comprendre que ce qu’elle considérait comme une plaisanterie de mauvais goût avait assez duré. La veille au soir, Donald Trump était revenu sur le sujet en publiant sur son compte Twitter une photo du Groenland dans laquelle avait été insérée la photo de l’immeuble doré frappé de son nom qui trône à Las Vegas (Nevada). « Je promets que je ne ferai jamais ça au Groenland », avait-il ajouté, se voulant ironique.

« Le Groenland n’est pas à vendre. Le Groenland n’est pas danois. Il appartient aux Groenlandais. J’espère vraiment que ce n’est pas sérieux. Cette discussion est absurde », a jugé mardi la première ministre danoise en marge d’un sommet des pays nordiques organisé en Islande. La veille, à l’occasion d’une étape au Groenland, elle avait assuré : « Heureusement, le temps où vous pouviez acheter et vendre d’autres pays et populations est révolu. »

Une première offre d’achat… en 1946

Loin de démentir les informations du Wall Street Journal, Donald Trump a au contraire confirmé à la presse son intérêt pour une telle transaction, dimanche 18 août. Une idée ancienne. Il y a près de trente ans, le quotidien danois Jyllands-Posten avait révélé qu’une première offre d’achat avait été faite confidentiellement en 1946 par Washington à Copenhague, pour la somme de 100 millions de dollars et des terres en Alaska.

« C’est juste quelque chose dont nous avons parlé, a assuré dimanche Donald Trump. Le Danemark en est le propriétaire. Nous sommes de très bons alliés avec le Danemark. Nous protégeons le Danemark comme nous protégeons de grandes parties du monde. Alors l’idée est venue et j’ai dit que certainement, je serais [intéressé par un achat]. Stratégiquement, c’est intéressant (…). Nous évoquerons le sujet avec eux, mais ce n’est pas une priorité. »

Le président des Etats-Unis avait même argumenté. « En fait, c’est comme une grande transaction immobilière. Beaucoup de choses peuvent être faites. Ça pénalise beaucoup le Danemark, qui perd près de 700 millions de dollars [630 millions d’euros] par an [versés au territoire]. Alors ils s’en occupent à grands frais. Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait bien », avait-il poursuivi. « En fait, je suis censé m’y arrêter. Je pense y aller. Je ne vais pas forcément y aller, mais j’irai peut-être. Nous allons en Pologne et ensuite au Danemark. Pas du tout pour cette raison. Mais nous y pensons », avait-il ajouté.

La visite était effectivement prévue. Quelques heures avant le message présidentiel, l’ambassadrice des Etats-Unis à Copenhague, Carla Sands, cacique républicaine manifestement à mille lieues d’imaginer une telle conclusion, avait publié sur son compte Twitter quelques mots enthousiastes. « Le Danemark est prêt pour la visite de POTUS ! », acronyme de « President of the United States ». C’est « un partenaire, un allié, un ami », avait-elle ajouté, mais elle n’avait pas ajouté la qualité d’acheteur potentiel.

Au Danemark, cette annulation de dernière minute a provoqué un mélange de stupeur et d’irritation. Très diplomatiques, les services de communication du Palais royal, où Donald Trump devait être reçu par la reine Margrethe II, ont fait part de leur « surprise ». Dans les couloirs de Christiansborg, siège du Parlement danois, le ton était plus acerbe, révélant un consensus rare sur la scène politique du royaume scandinave.

« Trump vit sur une autre planète. Autosuffisant et irrespectueux », a commenté sur Twitter Pernille Skipper, leader de la Liste de l’unité (écologiste), tandis que Soren Espersen, vice-président du Parti du peuple danois (extrême droite), évoquait une décision « absolument absurde »« La réalité dépasse la fiction », constate pour sa part Morten Ostergaard, chef de file du Parti social-libéral. Pour les éditorialistes, une leçon est à retenir de cet incident, que résume ainsi le quotidien Politiken : « Le Danemark a besoin d’une nouvelle stratégie pour l’Arctique, tant politique que militaire. »

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom