Me Seydou Diagne : L’arrêt de la CREI n’annule pas la candidature de Karim WADE

Les avocats de Karim Wade jubilent. Me Seydou Diagne, un des conseils du fils de Me Wade, n'a pas caché sa satisfaction suite à la décision rendue ce mercredi par la justice française, qui déboute l'État du Sénégal qui avait interjeté appel suite au rejet antérieur de sa demande de confiscation des biens de Karim Wade.

C’est une très grande satisfaction que nous éprouvons pour cette nouvelle victoire de M. Karim Wade contre l’État du Sénégal pour Seydou Diagne. Mais aussi pour le rejet de la demande de confiscation de l’État du Sénégal, qui avait déjà été rejetée par le Tribunal de Grande instance de Paris il y a un an et demi. L’État du Sénégal est revenu à la charge en faisant appel, tout le monde s’en souvient et après des mois de procédure et de plaidoiries, la Cour d’appel a encore débouté l’État du Sénégal dans sa demande de saisir les biens de Karim Wade en France dans le cadre de la traque des biens mal acquis.

Les juges ont déchiré l’arrêt de la Crei
Seydou Diagne: “Mais surtout que cette décision était fondée sur l’arrêt de la Crei qui avait condamné Karim Wade et qui avait confisqué ses biens. Les juges français ont considéré que l’arrêt de la Crei n’est pas digne d’être reconnu en France. Et ça, c’est une victoire juridique, judiciaire, morale, politique très importante. Parce que ça confirme tout ce qu’on disait depuis le début des poursuites contre M. Karim Wade. Que la Crei n’est pas une juridiction sérieuse, n’est pas une juridiction de nature à agir contre des citoyens sénégalais surtout lorsque ces personnes ont l’ambition de remplacer l’actuel président de la République du Sénégal” à dit Seydou Diagne.

Karim Pourra-t-il se présenter en 2019 ?
Seydou Diagne: “La Justice française vient de dire que la décision de la Crei n’a aucune valeur juridique. Et ce n’est pas quelque chose qui soit de nature à empêcher une candidature de M. Karim Wade. Ce n’est pas quelque chose qui empêchera M. Karim Wade d’exercer librement, comme tout citoyen sénégalais, ses droits civils et politiques qu’il tient de la constitution. La volonté d’un citoyen sénégalais de dire ‘‘je veux être président de la République, je veux participer à la compétition électorale”, cette volonté ne peut pas être entravée par un groupe de magistrats  dans une juridiction politique qui est chargée d’écarter les candidats à l’élection présidentielle. C’est un peu le sens de la décision qui a été rendue à Paris.”

Décision applicable au Sénégal ?
Seydou Diagne : De toutes les façons, nous, ce qui nous intéresse, c’est qu’il y ait une justice indépendante, impartiale, intègre qui dit que la décision de la Cour de répression de l’enrichissement illicite ne peut pas s’appliquer à Karim Wade. Pour faire simple, l’État a fait 5 années de procédures pour aller à une décision de la Crei très contestée. Aujourd’hui il cherche à appliquer la décision de la Crei, et vous avez une justice (Ndlr: La Justice française) qui, de façon retentissante, par un tribunal de grande instance et par sa Cour d’appel, leur dit que non, vous ne pouvez pas le faire.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom