L’auteure à l’origine de la photo du trou noir, Katie Bouman, victime de harcèlement sur internet

Depuis qu'elle a été propulsée symbole de cette découverte historique, Katie Bouman est la cible de nombreux internautes.

HARCÈLEMENT – Elle a été propulsée comme étant la chercheuse sans qui la photo du trou noir supermassif, M87*, n’aurait pas existé, et cela n’a pas été du goût de tout le monde. Katie Bouman, qui a travaillé sur l’algorithme permettant la détection de Powehi, est depuis victime d’une campagne de harcèlement en ligne.

C’est le MIT lui-même (Massachusetts Institute of Technology), l’une des meilleures universités du monde spécialisée dans les sciences et technologies, qui a propulsé Katie Bouman sur le devant de la scène mercredi 10 avril en écrivant qu’elle a mené les recherches sur la création de ce nouvel algorithme. 

“Vendetta sexiste contre Katie Bouman”

En quelques heures, raconte The Verge, c’est tout Internet qui s’est focalisé sur cette jeune femme de 29 ans. Selon le New York Times, Katie Bouman a dû éteindre son téléphone tellement elle était sollicitée. 

Et sur les réseaux sociaux, tout s’est emballé. Certains internautes, que cette soudaine célébrité semblait déranger, se sont mis à chercher à quel point elle avait réellement contribué à la réalisation de cette image.

The Verge souligne par exemple que certains ont tenté de mettre en avant l’un de ses collègues (masculins), Andrew Chael, comme étant le principal créateur de l’algorithme. Mais celui-ci a défendu Katie Bouman.

“Si j’ai écrit la plupart du code, Katie a été une énorme contributrice à ce logiciel, il n’aurait jamais fonctionné sans sa contribution (…) Je suis excité que Katie soit reconnue pour son travail et qu’elle devienne une inspiration en tant que femme ayant mené des recherches en STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques)”, a-t-il notamment écrit dans une série de tweets.  

“Si vous me félicitez parce que vous menez une vendetta sexiste contre Katie, s’il vous plaît, allez-vous-en et réfléchissez à vos priorités dans la vie”, conclut-il.

Rumeurs et faux comptes

Le harcèlement s’est poursuivi sur d’autres réseaux sociaux ainsi que Wikipedia. Sur Youtube, souligne The Verge, des vidéos véhiculant des rumeurs sur son travail ont été mises en ligne. Sur Instagram, de faux comptes ont été créés. 

Comme on peut le constater sur ce tweet, la page Wikipedia créée pour la jeune femme a même failli être supprimée. 

Plus de 200 chercheurs ont travaillé sur cette photo historique, dont environ 40 femmes. Katie Bouman elle-même a humblement souligné que la réalisation de cette image n’aurait pas été possible sans “l’incroyable talent d’une équipe de scientifiques du monde entier et des années de travail”. 

“Effet Matilda” inversé

À aucun moment, Katie Bouman ne s’attribue tout le mérite de cette découverte. Ce qui a autant déplu, c’est qu’elle soit propulsée comme le symbole de la photo du trou noir, au détriment des autres chercheurs.

Ce qui, comme le souligne ironiquement cette journaliste de LCI, n’est pas vraiment une question que l’on se pose lorsqu’un homme « est présenté comme l’auteur d’une découverte scientifique majeure ».

La plupart du temps, c’est même le contraire. Preuve en est avec “l’effet Matilda”, selon lequel les femmes scientifiques profitent en général bien moins des retombées scientifiques de leurs recherches que les hommes.

Les femmes ne représentent qu’environ 30% des chercheurs dans le monde. Dans les STEM, elles seraient payées 40% moins que les hommes.

Pour une fois donc, une scientifique a été mise en avant, sans jamais que les autres chercheurs ne soient oubliés. Et n’en déplaise à ceux qui la harcèlent, cela n’effacera pas le travail de l’équipe internationale de scientifiques, mais cela donnera à des petites filles du monde entier un modèle à qui s’identifier.

A voir : 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom