Le MFDC accuse le Sénégal d’avoir violé l’accord de paix et parle de «manipulation et intoxication»

Salif Sadio MFDC Sénégal

Dans un communiqué, relayé par le média bissau-guinéen, capitalnews.gw, Salif Sadio a déclaré que les opérations militaires sénégalaises étaient contraires aux engagements pris à Rome entre le gouvernement sénégalais et le MFDC dans le cadre du “processus de négociations pour le retour de la paix en Casamance”.

Le Mouvement des Forces Démocratiques du Sénégal (MFDC) affirme que les affrontements à la frontière avec la Guinée-Bissau sont “manipulation et intoxication”

Le dirigeant du MFDC, Salif Sadio, accuse le Sénégal d’avoir violé les accords de Rome, lorsque Dakar a annoncé le 26 janvier 2021 qu’il menait des «opérations dites de sécurité» en Casamance.

Dans un communiqué, Salif Sadio affirme que les opérations militaires sénégalaises sont contraires aux engagements pris à Rome entre le gouvernement sénégalais et le MFDC dans le cadre du «processus de négociations pour le retour de la paix en Casamanse», lit-on dans le document.

Salif Sadio rappelle que le 22 février 2014 à Rome, après une réunion de la délégation sénégalaise, dirigée par l’amiral Farba Sarr, et du MFDC, dirigé par Bourama Cissé, les parties ont établi un code de conduite pour les «mesures de confiance mutuelle» qui établissent les règles qui ont permis aux négociations de se poursuivre. Dans ce contexte, le MDFC a proclamé un cessez-le-feu unilatéral.

Pour le dirigeant du MFDC, le code établi a été violé lorsque le 26 janvier, «en complicité avec ses milices rémunérées, nourries et entretenues par le Sénégal lui-même, son armée bombarde les villages de la Casamance et terrorise les populations».

Evoquant les forces qui ont été attaquées par le Sénégal dans le sud de la Casamance, Salif Sadio accuse les cibles d’être «des milices déployées par l’Etat du Sénégal pour commettre des crimes en Casamance afin de nuire à l’image du MFDC».

«Ce qui se passe actuellement à la frontière avec la Guinée-Bissau n’est que manipulation et intoxication (….). Les prétendus rebelles du MFDC que le Sénégal déclare attaquer, sont les mêmes milices déployées par l’Etat du Sénégal avec lesquelles son armée arrive ensemble pour attaquer non seulement le MFDC, mais aussi pour commettre des crimes à Casamance », comme cela s’est produit à Diagnon ou Boffa Bayott, accuse Salif Sadio.

Le dirigeant du MFDC appelle aussi cela “manipulation et intoxication” quand “un certain Nkrumah Abou Sané, qui prétend être secrétaire général du MFDC, déclare dans un communiqué que ses forces vont attaquer les troupes sénégalaises en Gambie”.

En supposant être le commandant en chef des forces de combat du MFDC, Salif Sadio “déclare”, dans le même document, que le MFDC “ne reconnaît pas Nkrumah Sané comme secrétaire général du MFDC” et “rejette à l’avance les conséquences qui peuvent résulter de ses déclarations irresponsables, compte tenu du fait que le MFDC ne s’implique jamais dans les problèmes politiques des pays voisins ».


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom