Les travailleurs du PCCI demandent l’intervention de Macky Sall: 8 mois sans salaire c’est trop!

Lettre ouverte à:
Monsieur le Président de la République
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Madame la Présidente du Conseil Economique, social et environnemental (CESE)
Mesdames et Messieurs honorables Députés
Messieurs les Autorités religieuses
Monsieur le Directeur général de l’ARTP
Monsieur le Directeur de l’emploi
C’est avec beaucoup de respect que je m’adresse à vous, qui représentez tout le peuple, pour exprimer mon indignation et mon impuissance face à la situation tyrannique que mes collègues et moi-même subissons quotidiennement dans l’indifférence générale.

Je m’adresse à vous particulièrement pour les raisons suivantes:
d’abord, parce que vous êtes les garants du respect de la loi qui garantit elle-même le respect de la dignité humaine
ensuite, parce que vous vous êtes engagés, en tant que représentants de tout le peuple, à garantir à la jeunesse de ce pays des emplois dignes et à les préserver de toute forme d’exploitation
enfin, parce que nous avons atteint mes collègues et moi la limite de ce qui est humainement supportable et tolérable.

Figurez-vous que nous travaillons pour un employeur(j’ai nommé PCCI) qui, au mépris de toutes considérations retient nos salaires depuis huit mois pour certains, cinq mois pour d’autres sans explications autrement qu’il n y’a plus d’argent quand on sait que depuis tout ce temps la société n’a pas cessé ses activités.

Je vous vois étonnés. Il faut comprendre que dans cette société les salaires ne sont jamais versés au même moment à tout le personnel comme l’exige la loi et l’équité mais selon un système basé sur des considérations purement internes et fantaisistes de la direction et des critères discriminatoires tels que le fait qu’on soit personnel administratif ou technique, Conseiller commercial, en CDI, CDD, CEE et même parfois le niveau de salaire.

De plus, il n’existe plus d’IPM depuis plusieurs mois encore moins un quelconque système de représentativité du personnel, toute tentative étant systématiquement étouffée par des menaces et intimidations de toutes sortes. Aucun dialogue n’a permis quelque avancée que ce soit, la direction brillant par une communication mensongère et des volte-face qui n’étonnent plus personne.

Certains seraient tentés de se dire que tout ceci n’est qu’une affaire purement privée. Peut-être. Mais il convient de souligner que cette société a pour principaux partenaires Orange, Tigo,Expresso entre autres. Faut-il le rappeler, l’Etat est l’un des principaux actionnaires de Orange. De plus, l’Etat accompagne constamment les centres d’appels comme PCCI par toutes sortes de facilités pour encourager l’emploi des jeunes et leur insertion dans le monde du travail afin de soutenir sa politique en matière d’emploi. Aussi, le silence de l’Etat face à cette situation nous étonne quelque peu quand on sait l’importance que vous accordez à la jeunesse et à l’emploi dans le PSE.
Les partenaires de PCCI sont-ils mauvais payeurs au point que la société ne peut plus s’acquitter de l’obligation la plus élémentaire de tout employeur, payer les salaires. Je ne le pense pas d’autant plus que ces operateurs se sont par moment défendus- mais très mollement- chaque fois que des agents de PCCI se sont vivement signalés surtout à travers les réseaux sociaux.
L’Etat serait-il devenu aveugle et sourd au même titre que les operateurs traitant avec cette société au point d’ignorer qu’il s’agit là, je le répète, du respect de la loi et de la dignité humaine la plus élémentaire de pères, mères et autres soutiens de familles.
Je vous laisse imaginer ce que vivent les employés de cette société qui emploie des milliers de jeunes au Sénégal et dans ses autres filiales en Afrique. Imaginez ce qu’a pu être leur tabaski dans ces conditions.
La question qu’on se pose quand on lit tout ceci est naturellement: qui protège PCCI au point que ses dirigeants se croient tout permis’
Il s’agissait juste pour moi d’attirer votre attention sur la situation de jeunes sénégalais qui vous ont élus et vous font confiance et qui comptent sur votre engagement pour la transparence et l’entrepreneuriat responsable pour un Sénégal réellement émergent.
Excellences, vous voila informés si vous ne l’étiez déjà. Libres à vous d’en faire ce que bon vous semble. Nous espérons simplement une réaction (vigoureuse ou indifférente) de votre part mais qui nous édifie tout de même sur votre position par rapport à cette situation qui interpelle cette vérité primaireque nul n’est au-dessus de la loi.
Sachez que vous êtes notre dernier recours.
Excellences, je vous prie de recevoir l’expression de mon profond respect et de ma plus haute estime pour les institutions que vous représentez.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom