Les troublantes révélations du garde corps de Jeffrey Epstein : « Quelqu’un l’a aidé à se suicider »

Le témoignage d’Igor Zinoviev au «New York Magazine» vient s’ajouter aux éléments les plus mystérieux entourant la mort de Jeffrey Epstein, multi-millionnaire accusé de pédophilie.

Igor Zinoviev a bien connu Jeffrey Epstein. Pendant «cinq ou six ans», ce fervent adepte des arts martiaux a vécu dans la maison du multi-millionnaire à Palm Beach, en Floride. Confronté de près au quotidien du riche pédophile -qui a été retrouvé mort dans sa cellule samedi dernier- ce Russe était le garde du corps, le coach et le chauffeur d’Esptein. Un journaliste du «New York Magazine» qui l’avait déjà contacté en 2015 a de nouveau pu échanger avec lui, pour une interview à la fois confuse et intrigante.

A plusieurs reprises, Zinoviev refuse de confirmer des propos tenus quatre ans auparavant. Interrogé en 2015 sur les relations d’Epstein avec des adolescentes, il avait répondu : «J’ai essayé tant de fois de le convaincre d’arrêter. J’ai essayé de lui dire ce que j’en pensais. Il ne m’écoutait pas.» Il affirme désormais n’avoir «jamais vu les adolescentes». «Plein de fois j’ai travaillé pour lui, je n’ai jamais rien vu d’inapproprié ou d’adolescentes», assure-t-il. Il dit également n’avoir plus de souvenir d’avoir confié au journaliste «ne pas être surpris du tout» par les allégations de pédophilie, ni ne se rappelle avoir déclaré qu’Epstein «couchait avec plein de filles de la mode aussi».

« Quelqu’un l’a aidé à faire ça »

A propos des mystérieuses conditions du décès de Jeffrey Epstein, Igor Zinoviev lâche : «Vous êtes sûr que vous voulez savoir ce que j’en pense ? Quelqu’un l’a aidé à faire ça.» S’il pense que le financier a été assisté dans son suicide, il refuse d’en dire plus. «Ça va un peu trop loin», balaie-t-il devant l’insistance du journaliste.

Puis, interrogé sur ses propos de 2015 dans lesquels il affirmait qu’Epstein avait été prévenu par la police avant une visite, exemple selon Zinoviev de «corruption», l’ancien garde du corps se mure dans le silence. «Ecoutez, ne vous mettez pas dans le pétrin. Sérieusement», répond-il au journaliste. «Laissez tomber. Sérieusement. Laissez tomber», ajoute-t-il ensuite. «Faites attention, je ne plaisante pas», conseille-t-il encore au journaliste, avant de mettre fin à la conversation.

Lire aussi : Bill Clinton un hom*sexuel ? Le très étrange tableau retrouvé chez Jeffrey Epstein

Le décès de Jeffrey Epstein en détention a choqué l’Amérique, suscitant une avalanche de théories du complot pour expliquer la disparition brutale d’un des détenus les plus célèbres du pays. Les premiers éléments de l’autopsie dévoilés par la presse n’ont pas permis d’établir avec certitude que Jeffrey Ep)^stein avait mis fin à ses jours. D’importants dysfonctionnements au sein de la prison fédérale où il était incarcéré ont été dévoilés.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom