IN MEMORIUM ! L’hommage d’Harouna Fall à Pape Cheikh Sall et Ramatoulaye Dramé :  » ils avaient rendez-vous avec la mort »

25 mai 2011-25 mai 2018. Il y a 7 ans, un camion fou écrasait deux élèves, Pape Cheikh Sall et Ramatoulaye Dramé, et un talibé sur la Vdn. Le chauffeur avait écopé par la suite de 5 ans de prison ferme.

Pape Cheikh Sall et Ramatoulaye Dramé était deux adolescents, épris l’un de l’autre. Ils étaient élèves et fréquentaient la même classe : la seconde G b de l’école Machallah, l’une des plus prestigieuses écoles privées de Dakar.En hommage à ces deux jeunes gens, Igfm vous propose cet article qui avait été rédigé, en son temps, par Harouna Fall.

Sacré-Coeur 3. A quelques encablures de la Voie de dégagement Nord (Vdn) de Dakar. Le collège «Machallah», une grande bâtisse, se dresse en majuscule. Les murs sont d’une blancheur éclatante, immaculée, mais l’instant est couvert du voile noir du deuil. Le temps semble s’y être figé dans l’établissement. Le calme est pesant. L’étreinte du deuil est palpable, suffocante. Aucune âme ne traîne dans la cour. Seul le gardien, Sébastien Badji, donne un peu de vie à cette enceinte devenue subitement déserte. Depuis qu’un camion fou a écrasé mortellement deux des leurs,Pape Cheikh Sall et Ramatoulaye Dramé, deux élèves de la seconde Gb, les potaches semblent marcher dans le vide. Depuis ce funeste mercredi 25 mai, Machallah demande encore à Allah le pourquoi du comment d’un drame qui hante toute l’école.

A première vue, M. Badji n’est pas dans ses meilleurs jours. Il a l’air fatigué. Celui de quelqu’un sur qui le monde s’est effondré. Il s’étire comme pour se libérer d’une mauvaise énergie. En face de lui, la cour ressemble à une sorte de néant. Un vaste espace propre qui s’étend à perte de vue. Des voitures 4X4 y sont soigneusement garées. La discipline et la rigueur en vigueur dans cet établissement sont visiblement à l’entrée : «Portable interdit», lit-on à l’entrée qui donne accès aux salles de classes. «Les cours sont suspendus jusqu’à lundi», nous confie Sébastien Badji, le responsable de la sécurité. Les yeux rougis, M. Badji, celui qui veille sur la «sécurité» des potaches, n’avait pas ce jour-là les moyens de défendre les «enfants», ses «enfants», face à la grande faucheuse.

Il se souvient de cette journée macabre de mercredi. Mais, il met du temps à se décider pour en parler. «Je suis le responsable de la sécurité», finit-il par lâcher. Avant de poursuivre : « L’accident s’est produit à 13 heures. Les élèves rentraient chez eux. Arrivé à l’arrêt du bus, c’est là-bas que le camion les a trouvés pour les écraser. Quand on nous alertait, nous étions tous dans l’émoi. Nous ne savions pas s’ils étaient morts ou pas.» Il se tait un instant. Puis continue de dérouler l’horreur : «Ils n’étaient pas morts sur le coup. C’est en les acheminant à l’hôpital qu’ils ont rendu l’âme.» Et, quand on lui demande ce qu’il connaissait de ces élèves, le visage de M. Badji s’assombrit. On y lit beaucoup de peine. «Je les connaissais très bien. Parce que l’école Machallah est une famille. Tout le monde se connaît. Ils étaient très bien.»

Il regarde dans le vide. Comme quelqu’un qui cherchait à retrouver quelque chose qui lui est cher. Les larmes aux yeux, la voix tremblotante, il témoigne : «Rama avait un comportement très exemplaire. Elle était très disciplinée. Je ne l’ai jamais vue sortir de l’école avec une convocation (de ses parents). Elle était la première à être à l’école, à 7 heures du matin. Et son chauffeur venait la chercher chaque jour devant l’école. Ce jour-là, c’est peut-être parce qu’elle avait rendez-vous avec la mort qu’elle s’est rendue à l’arrêt.»

Juste en face de l’école, un garage de mécaniciens. Là également, les activités semblent être au ralenti. Visiblement, les mécaniciens trouvés sur place n’ont pas le cœur à l’ouvrage. Assis sur un canapé en fer forgé, ils devisent voix basse. Seul un d’entre eux trouve encore un peu de force pour polir une barre de fer. Ses coups de marteau semblent atones. Maktar Maïga, c’est son nom. Une part de lui l’a quitté et il n’en revient toujours pas : «Je connais très bien Rama. La veille, avant son accident, elle était là (il indique un endroit) et on devisait. Elle attendait son chauffeur. Quand on m’a dit qu’elle était morte mercredi, je n’en revenais pas. Je ne pouvais plus travailler. Elle est partie…» Il pleure, puis chuchote : «C’est inimaginable !» La voix se casse. Il ne peut plus continuer. Il baisse les yeux. L’émotion est forte. Et ses larmes perlent…

«Rama ne verra jamais le cadeau de son papa»

Guédiawaye, Golf Nord 2. Après quelques détours dans les ruelles sablonneuses, nous voici devant une maison à deux étages. C’est ici que Rama quittait chaque matin pour se rendre à son école. Le garage de la maison est transformé pour la circonstance en une mosquée. Les nattes sont étalées. A notre arrivée, le père de Rama était plongé dans ses prières. Il est imperturbable. «Quand il commence son «wird», il met beaucoup de temps avant de terminer», nous souffle un jeune trouvé à l’entrée de la maison.

Dedans, la demeure est noire de monde. Emmitouflées dans de grands boubous, foulards sur la tête, les femmes jettent un regard furtif sur les visiteurs. Deux femmes couvertes d’un voile blanc s’avancent, la mine triste. «La maman de Rama s’excuse, elle dit qu’elle ne peut pas parler», souffle Fatimata Hanne, une cousine de Rama, apprendrons-nous plus tard. A la place de la mère de la défunte, c’est sa tante et homonyme qui s’efforce de dire quelques mots sur sa nièce : « Je m’appelle Ramata Diop. Je suis sa tante et son homonyme. Rama était une fille exemplaire, bien éduquée.» Elle poursuit : «Le jour de son décès, son père avait acheté un cadeau pour elle, pour l’encourager dans ses études. Parce qu’il disait qu’elle se donne trop de peine dans ses études. Il avait acheté des tissus pour elle. Il voulait lui faire la surprise à son retour de l’école. Malheureusement, elle ne verra jamais le cadeau.»Des larmes s’échappent de ses yeux. Après quelques sanglots, elle reprend : «C’est aux environs de 13 heures qu’on a appelé un membre de la famille pour annoncer la mauvaise nouvelle. Celui-ci ne pouvait pas en parler à la mère de Rama. Ils ont pris un taxi pour se rendre à l’école. A leur arrivée, un responsable de l’école a tenté de rassurer la maman. En lui disant que rien de grave n’était arrivé à Rama, qu’elle s’était juste évanouie. Il lui dit aussi que Rama a maintenant retrouvé ses esprits, qu’elle est à l’hôpital. Sa maman lui dit qu’elle sait qu’on lui cache la vérité, parce qu’un camion ne peut pas passer sur une personne et que celle-ci survive. Ce n’est qu’à l’arrivée de son père qu’on a annoncé la nouvelle de la mort de sa fille.» Elle s’excuse et s’éclipse. Elle ne trouve plus les mots pour relater la tragédie. Dickel Fall, qui se présente comme la grand-mère de Rama, prend le relais : « Elle était ma petite-fille adorée. Elle était très posée, calme. Dieu a décidé que c’est de cette manière qu’elle allait mourir. Son père a dit qu’il est fier de sa fille. Et, il a espoir qu’elle sera au paradis. C’est une épreuve que nous devons accepter dans la foi ». Pour sa part, Fatimata Hanne, cousine de Rama, garde de la défunte le souvenir d’une fille «gentille, ouverte et très généreuse. La dernière fois que j’ai passé la journée ici, en rentrant, elle a tenu à me raccompagner jusque dans la voiture. Quand je lui ai dit de s’arrêter à la porte, elle n’a pas voulu. On dirait qu’elle me disait adieu. Elle était d’une grande piété. Une fille qui était très aimable. La preuve, ses innombrables amis défilent à la maison venir présenter leurs condoléances.»

Les deux anges de Machallah au paradis d’Allah

Le papa de Rama a fini son «wird». La cinquantaine. Mamadou Souleymane Dramé, habillé d’un boubou blanc, le téléphone collé à l’oreille, remercie des personnes qui apparemment lui présentaient leurs condoléances à l’autre bout du fil.

C’est un homme d’une grande foi qui accueille. La mort de sa fille, il n’en fait pas une fin du monde. Fataliste, il l’est : « Je remercie le bon Dieu (Il le répète à trois reprises). C’est une épreuve que Dieu nous a fait subir, il faut que nous l’acceptions. Ce qui nous arrive, c’est la volonté de Dieu. Même si Rama était restée dans sa chambre, Dieu avait décidé qu’elle devait mourir ce jour-là. Même si le camion devait la trouver dans sa chambre pour la tuer, ça allait survenir.» Que retient-il de sa fille partie dans des conditions atroces ? « Ce n’est pas parce que c’est ma fille, mais je vous jure, qu’elle était une fille très pieuse. Une fille sans histoire. Très adorable. Personne n’est jamais venue me voir pour faire une remarque négative à son encontre. Je prie Dieu pour qu’Il les accueille (Rama et Pape Cheikh) dans son paradis éternel.»

Hlm Grand-Yoff. Juste en face du Cices de Dakar. Au premier étage d’un immeuble jaune vit la famille de Pape Cheikh Sall. Ici, la douleur encore trop vivace a sévèrement anéanti la maisonnée. Personne n’y a la force de commenter l’incroyable catastrophe. La sœur de Pape Cheikh Sall s’avance, ses mots sont éplorés : «Notre maman est encore sous le choc. Elle ne peut pas parler. Elle est effondrée. Chaque fois qu’elle revoit les images à la télé, c’est comme si c’était la fin du monde.» Pape Cheikh lui a été arraché par un chauffard et depuis sa vie a basculé dans une souffrance indicible. «Revenez un autre jour, peut-être qu’elle trouvera la force de vous parler», murmure sa fille. Un autre jour, quand le temps aura dans sa marche inexorable atténué la douleur. Sans jamais pousser dans les frontières de l’oubli Pape Cheikh et Rama, ces deux anges de Machallah que parents et amis imaginent au Paradis d’Allah.

HAROUNA FALL, IGFM