“LIBÉREZ YÉRIM !” La convention des jeunes reporters dit non aux atteintes dangereuses orchestrées par le régime actuel à la liberté de la presse.

La Convention des Jeunes Reporters du Sénégal (Cjrs) a manifesté son soutien à Cheikh Yérim Seck, frappé par une mesure de garde à vue, pour avoir tenu des propos, dans l’émission FMN sur la 7TV, selon lesquels 4 milliards de Fcfa et non 650 millions auraient été saisis dans l’affaire Batiplus par les gendarmes.

Non à la capitulation.

Trop c’est trop ! La Convention des Jeunes Reporters du Sénégal s’inquiète des atteintes répétitives et dangereuses orchestrées par le régime actuel à la liberté de la presse. Cette situation inadmissible et intolérable ne cesse de s’empirer depuis l’avènement de Me Malick Sall à la tête du département de la Justice. L’arrestation de Cheikh Yérim Seck pour diffusion de fausses nouvelles n’en est qu’une dernière et honteuse illustration.

Mais au-delà de la personne de Cheikh Yérim, nous estimons que les jeunes reporters qui travaillent tous les jours, dans des conditions précaires, sur des dossiers sensibles, relatifs notamment à la bonne gouvernance, à la justice et à la corruption, risquent d’être les principales victimes de cette jurisprudence inique. Vouloir exiger d’un journaliste à dévoiler ses sources équivaut à une tentative d’assassinat contre cette profession, un des piliers de la démocratie sénégalaise.

Nous (jeunes reporters du Sénégal) rassurons nos partenaires de tous les jours; magistrats, officiers, fonctionnaires, entre autres, que nous sommes prêts à protéger nos sources au péril même de nos vies. Concernant l’affaire Batiplus, la CJRS compte sur la justice pour le triomphe de la vérité.

Bureau National


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom