Ligne ferroviaire Dakar-Kidira : Les Canadiens vont sauver les rails au Sénégal

La rencontre, hier, entre la délégation canadienne et le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement au Sénégal a permis aux deux parties de définir une feuille de route pour les prochaines étapes du projet de relance du chemin de fer entre Dakar et Kidira.

Au lendemain de la signature de l’accord-cadre entre la Corporation commerciale canadienne et la société nationale des Chemins de fer du Sénégal (Cfs) pour la reconstruction de la ligne Dakar-Kidira (voir « Le Soleil » du 18 novembre), la délégation canadienne a rencontré, hier, le ministre sénégalais des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye. Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence du secrétaire d’État chargé du Réseau ferroviaire, Mayacine Camara, et du directeur général de la société nationale des Chemins de fer du Sénégal (Cfs), Kibily Touré, a permis aux deux parties de définir une feuille de route. La prochaine étape sera la signature d’un mémorandum d’entente entre la société qui aura en charge l’exécution des travaux et Cfs, a expliqué Mansour Faye, précisant que ce sera « autour d’une offre spontanée ». Il n’a pas voulu donner plus de précisions sur le financement et le montage du projet, mais a assuré, comme l’a promis le Président Macky Sall, que le train roulera « avant fin 2021 » sur l’axe Dakar-Kidira.

À la question qu’est-ce qui a motivé le Canada à s’engager dans ce projet ? Michäelle Jean qui représente son pays dans ce projet a répondu ainsi : « Du fait que le Canada a toujours été présent aux côtés du Sénégal dans le domaine ferroviaire et du fait de la grande compétence du Canada en la matière ».

Elle a rappelé que ce trajet ferroviaire a pu voir le jour, à partir des années 1970, grâce à « une contribution constante » du Canada pour les équipements et le tracé. « Une très belle histoire qui nous amène, aujourd’hui, à nous engager encore », a confié Mme Jean, ancien gouverneur général du Canada qui conduit la délégation de son pays. Pour elle, c’est comme s’ils revenaient « en pays de connaissance, au bercail en quelque sorte », et toute émue d’avoir rencontré sur le terrain, à Thiès, des cheminots qui gardent intacte dans leur mémoire cette contribution canadienne. Michaëlle Jean a, par ailleurs, vanté l’expertise et le savoir-faire du Canada, un pays qui s’est construit autour d’un chemin de fer qui traverse son immense territoire. Elle est d’ailleurs venue avec John Beek, le Pdg d’Aecon, chef de file canadien en matière de construction d’infrastructures lourdes, qui voit dans ce programme l’opportunité de participer à un projet « exemplaire » pour le Sénégal et le continent.

C’est dans ce cadre qu’Aecon a noué un partenariat avec l’entreprise turque Suma qui a déjà réalisé plusieurs travaux au Sénégal et « apporte une expérience réussie sur le terrain ». « Nous avons été choisis par le Gouvernement canadien pour représenter ses intérêts dans ce projet parce que nous avons déjà réalisé plusieurs programmes sous cette forme. Et à chaque fois, cela a été une réussite […] Nous avons beaucoup d’expérience dans les Partenariats public-privé, une façon d’agir pour avoir le meilleur de chacun des partenaires », a expliqué M. Beek. En effet, plus qu’un partenaire technique, Aecon vient aussi comme investisseur, « de sorte qu’il n’y ait pas d’endettement pour l’État sénégalais », a promis Michäelle Jean. Et conformément à la loi 2020-23 du 4 juin 2020, Cfs sera le maître d’ouvrage de ce projet.

Un protocole d’accord est noué entre le Sénégal et le Canada, dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de réhabilitation et de modernisation du chemin, sur la base d’un partenariat public-privé. D’ailleurs une délégation canadienne conduite par Michaëlle Jean Gouverneure Générale du Canada, ex Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a visité les locaux des chemins de fer à Thiès


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom