Limogé par Macky Sall, l’ancien Directeur Sory Kaba donne rendez-vous aux sénégalais le 08 mars à Fatick !

    Sory Kaba, ex-Directeur des Sénégalais de l’Extérieur, limogé après sa sortie sur une radio de la place déclarant que le Président Macky Sall exerçait son dernier mandat, a refait surface au Maroc.

    Depuis Casablanca où il se trouve, Sory Kaba donne rendez-vous aux Sénégalais, le 08 mars journée de la femme à Fatick, pour dit-il, décliner ses véritables ambitions politiques. Entre autres sujets évoqués, sa relation avec le président de la République, Macky Sall.

    « Je suis dans la politique. Je suis dans l’administration sénégalaise, je suis au côté du président de la République et je me bats pour que Fatick soit la meilleure ville du monde », a d’emblée soutenu l’ex-Directeur des Sénégalais de l’extérieur dans un entretien téléphonique accordé à la Rfm. Sory Kaba de poursuivre en donnant rendez-vous très prochainement, peut-être le 8 mars, pour dire aux Sénégalais, ses ambitions pour la ville de Fatick.

    Mais, a-t-il précisé, « ce qui est réel, c’est que Sory Kaba reste un acteur politique ». Mais, « pour faire de la politique, il faut deux choses : il faut beaucoup de connaissances et beaucoup de savoir. Je rends grâce à Dieu, j’ai fait beaucoup d’universités et ensuite, il faut beaucoup d’argent. Je suis à la recherche d’argent et j’espère que je l’aurai », a-t-il révélé.

    Sur ces relations avec son mentor, le président Macky Sall, M. Kaba d’informer que celui-ci « c’est un frère». Avant d’expliquer : « Je ne l’ai pas accompagné sous l’angle politicien en tant que tel, comme certains l’ont déjà fait. C’est des affinités qui dépassent les cloisonnement comme certains le pensent ».

    « Le champ politique sénégalais est gangrené par des parvenus »

    Et, a-t-il ajouté : « Il n’aurait plus voulu que je sois avec lui, je resterais à ne plus faire la politique. Parce qu’en vérité le champ politique sénégalais est gangrené par des parvenus, par des gens, en vérité, ne voient que leur propre personne quand ils se mettent devant un miroir », a-t-il dénoncé.

    M. Kaba est d’avis que si ces derniers sont des politiciens, alors « les hommes politiques auront tendance à disparaître ».

    Avant de conclure « l’homme politique, il est préoccupé par sa Nation, par l’avenir de la jeunesse de son pays, par quel moyen il doit passer pour développer ou sa localité ou son pays en tant que tel. Autrement, on ne fait pas de la politique, on est sur l’irréel.


    PARTAGER

    FAIRE UN COMMENTAIRE

    SVP faire un commentaire !
    SVP entrer ici votre nom