Macky dégage ses responsabilités : «Que personne ne me mêle aux problèmes de religion…»

Le chef de l’Etat refuse d’être associé à des querelles entre religieux ou tarikhas. Macky Sall l’a bien fait savoir hier à Médina Gounass, après qu’Ahmed Khalifa Niass, en bisbilles avec Tivaouane, lui a demandé de déclarer Thierno Cheikh Ahmad Tidiane Bâ, Khalife général des Tidianes. Mieux, il a invité les membres des familles religieuses à s’inspirer de leurs aïeuls fondateurs des tarikhas, qui vivaient entre eux en paix, dans la concorde et le respect mutuel.

A la suite du Khalife Thierno Mamadou Bâ, à qui il a rendu visite hier pour présenter ses condoléances, le chef de l’Etat a tenu à se démarquer des propos tenus par Ahmed Khalifa Niass, se félicitant des éclairages faits par le guide religieux. «Le marabout a fait des éclairages importants sur la marche de l’Islam au Sénégal, notamment au sein de la Tarikha Tidiane. Ces précisions faites au nom du Khalife, à propos de sa relation avec le Khalife général de Tivaouane, Serigne Mbaye Sy Mansour, rappelant l’historique de cette relation, depuis Cheikh Mohamed Saïd, en passant par Thierno Mohamadou Barro, qui était un disciple d’El Hadji Malick, qui lui aussi avait ses maîtres qui l’ont mené jusqu’à Cheikh Ahmed Tidiane, doivent rassurer tout le monde», explique d’emblée Macky Sall.

«Ce n’est pas l’Etat qui choisit qui dirige une mosquée ou qui doit être khalife»

Poursuivant, le chef de l’Etat, à qui Ahmed Khalifa Niass demandait de donner le khalifat de la Tidiania à Thierno Cheikh Ahmad Tidiane Bâ, refuse d’être mêlé à des différends entre confréries ou personnes appartenant à des confréries. «Je ne vise personne, mais après vos précisions et éclairages, il était important pour moi, président de la République, de souligner que personne ne me mêle aux problèmes de religion, où à des prises de position partisanes, car je suis là pour tout le monde». En tant que président de la République, je ne peux pas avoir de positions partisanes», martèle-t-il. Poursuivant, il affirme : «ce n’est pas l’Etat qui choisit qui dirige une mosquée ou qui doit être khalife». Pour Macky Sall, «le rôle de l’Etat, c’est d’accompagner les familles religieuses, musulmanes et chrétiennes, mais pas de se mêler de différends entre familles religieuses». Suffisant pour qu’il demande à tous nos compatriotes «de garder le calme et la sérénité». En effet, il est convaincu que «c’est en restant calme et serein, dans la bonne cohabitation, le respect mutuel, que le Sénégal pourra être en paix».

Il invite les membres des grandes familles religieuses, «à diminuer les querelles et polémiques et à se concentrer sur ce que l’on attend d’eux»

Soulignant que les fondateurs des confréries, à l’image d’El Hadji Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba, Baye Niass… avaient consacré toute leur vie à adorer Dieu et à œuvrer pour le rayonnement de l’Islam au point d’avoir la bénédiction divine, le chef de l’Etat invite leurs petits-fils et arrières petits-fils, qui aujourd’hui bénéficient de cette bénédiction, à marcher sur les pas laissés par leurs aïeuls. D’ailleurs, révélant qu’il a appelé Ahmed Khalifa Niass en arrivant à Tamba hier, Macky Sall a promis de l’appeler encore, pour le convaincre de travailler à l’établissement d’une entente, d’une paix, d’une concorde entre les grandes familles religieuses, comme le faisaient les fondateurs des différentes tarikhas. Il a aussi invité les membres des grandes familles religieuses à diminuer les querelles et polémiques et à se concentrer sur ce que l’on attend d’eux : la propagation de la religion, l’éducation et la formation des populations.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom