Macky Sall sur la grâce de Khalifa Sall : « Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai »

    Cinq pays africains dont le Sénégal participent au sommet du G7 à Biarritz. Pour le président Macky Sall, invité en tant que président du Nepad, c’est l’occasion de souligner les inégalités Nord-Sud. Entre autre sujet l’affaire Khalifa Sall a été évoqué dans un entretien accordé à RFI.

    Khalifa Sall doit attendre encore Macky Sall en prison. De la France (à Biarritz) où il prend part au sommet du G7 qui a démarré ce samedi 24 août 2019, le Président Sall a accordé un entretien à nos confrères de Rfi.

    Principe discrétionnaire…

    Le président Macky Sall, clair dans ses propos, a fait savoir que la décrispation politique dans son pays ne saurait être réduite à une dimension de grâce, avant de rappeler que « la grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui, et de lui tout seul, et de son appréciation ».

    Avant de poursuivre:  » Annuellement, plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement, nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là.« 

    Pression de la presse…

    « Je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai, comme j’ai eu à le faire », a-t-il précisé pour qui veut l’entendre.

    Sur l’immunité de Yaya Jammeh en Guinée Equatoriale

    Je suis un voisin de la Gambie qui est un État indépendant et souverain. Je me garderai de faire des appréciations sur un ancien président de la Gambie qui est en exil. Il appartient aux Gambiens d’apprécier ce qu’il convient de faire.

    Sur l’affaire PétroGaz Gate, le reportage qui a mis en cause votre frère ?

    Alors ce que vous avez appelé le PétroGaz Gate, je ne le dirais pas ainsi. Mais cet article en tout cas, ce reportage de la BBC, a créé de l’émoi. Et sur cette base, j’ai moi-même saisi la justice pour qu’elle fasse les investigations, que ceux qui ont des évidences de corruption puissent le montrer. Donc la justice va certainement finaliser ce dossier. Mais une chose est claire, c’est que parler de 10 milliards, un scandale de 10 milliards, déjà c’est une aberration. Je dirais que c’est à la justice, à la justice seule d’enquêter s’il y a eu tentative de corruption ou pas.

     

    PARTAGER

    FAIRE UN COMMENTAIRE

    SVP faire un commentaire !
    SVP entrer ici votre nom