manœuvre militaire contre le terrorisme : Le gendarme Oumar Ndiaye meurt en pleine opération à Thiès

Le gendarme Oumar Ndiaye est mort vendredi dernier en pleine manœuvre militaire lors d’un entrainement au centre régional d’entrainement tactique avec l’armée américaine. Le gendarme qui a été très endurant tout au long de la formation a fait une chute mortelle en déroulant la dernière épreuve. La dépouille mortelle est transférée à l’hôpital Aristide Le Dantec pour autopsie.

A noter qu’une cinquantaine de policiers et gendarmes de sept pays africains viennent de participer à une semaine de formation de lutte anti-terroriste organisée par les États-Unis, à Thiès.

Venus du Burkina Faso, du Niger, du Mali, du Tchad, de la Tunisie, du Kenya et du Soudan du Sud, ils participent au programme américain SPEAR, dédié à la sécurisation des ambassades américaines dans les pays où le risque terroriste est élevé.

Plus globalement, le programme vise à améliorer la capacité des unités d’élite pour intervenir rapidement en cas d’attaque. Les participants ont achevé vendredi 6 décembre leur formation près du centre d’entraînement américain de Thiès, à 70km à l’est de Dakar.

Courir, escalader, re-courir, transporter un mannequin de 80 kilos, sans oublier un passage à la barre de tractions. Pour l’exercice final, les participants au programme n’ont pas été épargnés. « L’exercice de ce matin était dur, c’était très physique, il fallait de l’endurance. Et c’était serré, chacun a donné le meilleur », analyse l’inspecteur kenyan Silas Songoro. Lors de l’exercice d’hier, le gendarme sénégalais est décédé suite à un malaise. Les causes précises ne sont pas encore établies.

Un exercice en forme de compétition. À chaque pays son équipe. Les instructeurs américains encouragent. Le capitaine Michel Koné est à la tête de l’équipe du Mali : « Plus l’entraînement est dur, plus le combat est facile. »

En français, anglais, ou arabe… Ce programme est une occasion d’échanger pour El Hadj Omar Beye Samb du GIGN sénégalais, malgré les différences de langues : « Dans ce genre de rencontres, on trouvera toujours des codes pour parler entre nous. »

Pour l’heure, le Sénégal ne fait pas partie du programme SPEAR, qui concerne aujourd’hui douze pays, tous Africains, plus l’Irak.

 


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom