Marine Le Pen: les migrants récents gagnent plus qu’un retraité français

Marine Le Pen a affirmé dimanche que “les migrants fraîchement arrivés touchent davantage qu’un retraité modeste qui a travaillé toute sa vie”. Les migrants qui demandent la protection de le France touchent effectivement une allocation pendant la durée d’instruction de leur demande d’asile, mais son montant est très inférieur au minimum vieillesse. L’ADA (Allocation pour demandeur d’asile) s’élève à 6,80 € par jour pour un célibataire, soit 204 € par mois, s’il est hébergé aux frais de l’État.

Son montant journalier est porté à 14,20€ (426€ par mois) si aucune solution d’hébergement ne lui a été proposée mais dans tous les cas le demandeur d’asile n’a le droit ni aux allocations familiales, ni aux allocations logement, ni au RSA.

On est loin donc des 868 € mensuels de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) qui a remplacé le minimum vieillesse et garantit un revenu plancher aux plus de 65 ans.

En janvier 2019, l’ADA a été versée à 141449 demandeurs d’asile. Le nombre de bénéficiaires est en forte hausse en un an (+ 14,7 %) mais il recule de 0,4 % par rapport au mois précédent selon les statistiques de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration). Le budget 2019 de l’Etat prévoit une enveloppe globale de 336 millions d’euros pour cette allocation, soit 18 millions de plus qu’en 2018.

Le versement de cette allocation cesse dès que le migrant obtient l’asile ou lorsqu’il est définitivement débouté, après avoir épuisé un éventuel recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Les demandeurs d’asile dont les empreintes ont été enregistrées dans un autre pays européen touchent eux aussi l’ADA mais seulement jusqu’à la date de leur transfert.

Une partie de ces migrants “Dublinés” restent malgré tout en France, mais sans aucune allocation. Ils pourront à nouveau bénéficier de l’ADA au bout de 18 mois car la France devient alors responsable de leur demande d’asile.

Les réfugiés de plus de 65 ans ont droit au minimum vieillesse

Après avoir propagé cette “infox”, le Rassemblement national a cherché à rectifier le tir ce lundi en expliquant que Marine Le Pen ne parlait pas des demandeurs d’asile mais des migrants de plus de 65 ans ayant obtenu le statut de réfugié. Ils peuvent effectivement toucher le minimum vieillesse sous condition de ressources mais son montant (868 € mensuels) est strictement le même que pour les retraités français.

Ils ne touchent pas “davantage” qu’un Français comme le dit Marine Le Pen, surtout si ce dernier a travaillé et cotisé toute sa vie. En 2016, la retraite moyenne s’élevait à 1294 € nets selon le ministère des Solidarités et de la Santé.

Il faut rappeler que l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) n’est pas un dispositif contributif. Les Français et les étrangers de plus de 65 ans éligibles n’ont pas besoin d’avoir travaillé et donc cotisé pour en bénéficier. Pour toucher ce minimum vieillesse, les étrangers doivent être en situation régulière et résider sur le territoire français depuis plus de 10 ans.

Seuls les réfugiés protégés au titre de l’asile sont dispensés de cette obligation de résidence dont la durée a été portée de 5 à 10 ans en 2011. Selon les associations, le nombre de réfugiés de plus de 65 ans ayant bénéficié de l’ASPA en 2018 ne dépasse pas un millier environ. Soit à peine 0,2 % des 500 000 bénéficiaires du minimum vieillesse.

(Visited 1 times, 1 visits today)

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom