Marlène SCHIAPPA à une figure des “gilets jaunes” : Votre but, c’est de renverser le président, le régime politique et non pas de porter des revendications ?” 

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et le ministre de la Transition écologique étaient les invités de BFMTV pour répondre à plusieurs “gilets jaunes”. L’un deux, Eric Drouet, a incité les manifestants à entrer dans l’Elysée, lors de la manifestation de samedi.

Rentrer dans l’Elysée lors de la quatrième manifestation organisée par les “gilets jaunes”, samedi. C’est l’objectif affiché par Eric Drouet, l’une des figures du mouvement et l’initiateur du blocage du 17 novembre. Invité sur BFMTV, mercredi 5 décembre, pour débattre avec les ministres Marlène Schiappa et François de Rugy, il a expliqué vouloir investir le palais présidentiel pour être “écouté”. 


“Ça ressemble à quoi ? À un putsch, ce que vous voulez faire ?” a interrogé le journaliste Bruce Toussaint. “Non mais tous les gens veulent aller là-haut, répond Eric Drouet. C’est le symbole de ce gouvernement.” “Vous arrivez devant l’Élysée, et vous faites quoi ?”, relance alors le journaliste.  “On rentre dedans”, répond alors le “gilet jaune”.

“Votre but, c’est de renverser la République”

François de Rugy et Marlène Schiappa ont vivement réagi, accusant ce représentant des “gilets jaunes” de vouloir “renverser le régime” et de s’attaquer à la République. “L’appel à marcher sur l’Elysée est inacceptable”, a lancé Marlène Schiappa. Votre but, c’est de renverser le président, le régime politique et non pas de porter des revendications ?” a, de son côté, lancé le ministre de la Transition écologique.

Est-ce que le but du mouvement c’est de parler du pouvoir d’achat (…) ou est-ce que c’est de parler de renverser notre régime politique qui est la République en instaurant le chaos ou en allant devant l’Élysée pour investir l’Élysée ?François De Rugysur BFMTV

De leur côté, les syndicats ont lancé un appel au calme. Jeudi matin, les dirigeants de la CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l’Unsa et la FSU se sont rassemblés pour évoquer la “situation actuelle”. A l’issue de leur réunion, ils ont dénoncé “toute forme de violences dans l’expression de revendications”, tout en jugeant que la colère des gilets jaunes est “légitime”. Les organisations syndicales ont aussi appelé “le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations”.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom