Me Wade actionnaire du groupe Scac Afrique qui arnaqué plus de 7000 sénégalais ?

Le groupe SCAC Afrique est cette fameuse société immobilière qui avait arnaqué plus de 7000 « gorgolous » sénégalais.  Ils avaient tous souscris à des terrains depuis 2009 sans apport personnel, sans garantie et à des prix accessibles. Le groupe avait installé toute une logistique : des bureaux, une administration et recruté du personnel.  Il avait promis aux souscripteurs, qu’après 2 ans, ils allaient obtenir leurs titres de terrains à Thiès, Kaolack, Fatick, Diourbel, Saint-Louis… Mais les pauvres clients regroupés sous le « collectif des victimes de Scac Afrique » et pour la plupart ayant des revenus modestes attendent toujours leur terrain. 

C’est le cas à Notto Diobass (département de Thiès) avec le projet de construction de 6 500 logements qui a poussé le vice-président du Groupe Scac Afrique, à sortir de son trou. À l’évocation de ce projet initié par Alioune Sarr, maire de ladite localité, par ailleurs ministre du Tourisme et des Transports aériens qui a engendré le déplacement, le lundi 14 octobre dernier de son collègue Abdou Karim Fofana (de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique), Salomon Mbutcho a brisé le silence pour dénoncer, de manière subtile une politique de deux poids et deux mesures.
 
Dans une note adressée ce jeudi 31 octobre 2019, il a relevé un ensemble de faits qu’il déplore. ‘’Alioune Sarr est le Maire de Notto Diobass. Et c’est lui qui nous avait octroyé 130 ha à Mbomboye pour lesquels nous avons préféré lui rétrocéder 80 ha sur une demande verbale de ce dernier après de violentes manifestations organisées par une partie de la population. Nous parlons alors de décembre 2009’’.
 
Il ajoute : ‘’Mes questions sont les suivantes : Si après 10 ans, les papiers nous permettant de livrer effectivement les parcelles à notre vaillante clientèle (4.000 dont 500 ont soldé, dispersée sur plusieurs sites) sont toujours bloquées, alors que nous avons rempli toutes les formalités administratives et payé toutes les sommes dues pour être régularisés, comment se fait-il qu’une autre entité, serait-elle membre du gouvernement, démarre et obtienne tous ses documents au vu  et au su des populations et de notre clientèle toujours en attente ? Pourquoi leurs documents sont-ils signés alors que les nôtres ne le sont toujours pas ? Pourquoi avoir choisi le site en face de celui du groupe Scac Afrique ? Y avait-il une vraie raison pour bloquer les dossiers du Groupe Scac Afrique ? En refusant de bousculer l’administration, je mettais le tort sur les lenteurs de procédures et invitais tout le monde à être patient malgré les pertes sèches et la faillite presque cuisante au niveau national. Mais là, je ne suis pas d’accord. Parce que, selon moi, une bonne concurrence est saine pour l’économie d’un pays. Mais, on ne peut pas courir avec quelqu’un dont on vient d’amputer les jambes’’, a-t-il dit dans ses notes.

‘’On ne peut pas courir avec quelqu’un dont on vient d’amputer les jambes’’

Des questionnements qui tardent à avoir des éléments de réponse. Mais, elles ont eu, cependant, le don de susciter beaucoup d’interrogations. En effet, dans l’ensemble des pièces à ‘’conviction’’ envoyées à la rédaction, il y figure une lettre de recommandation qui, selon lui, a été rédigée par le prédécesseur du président Macky Sall. Dans celle-ci, en date du 29 janvier 2016, en provenance de Paris (France), Me Abdoulaye Wade a tenté de mettre en rapport Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo Brazzaville avec Salomon Mbutcho. Une partie de la lettre que la rédaction propose à ses internautes.

‘’Monsieur le président et cher frère. Dans le cadre de nos excellentes relations d’amitié et de fraternité, je profite de la venue à Brazzaville de M. Salomon Mbutcho, vice-président du Groupe Scac Afrique pour vous demander de bien vouloir le recevoir pour qu’il vous présente son projet de construction de logements sociaux sans apport personnel et sans caution. Il est rare de trouver dans le domaine du logement social des projets offrant de telles facilités. Je vous le recommande personnellement. Car, la simple annonce de ces projets contribuera à accroitre l’adhésion des congolaises et des congolais à votre politique sociale et vous assurera une victoire certaine à la prochaine élection présidentielle’’.

‘’Comment Me Abdoulaye Wade peut-il recommander un escroc au président Denis Sassou Nguesso’’

Et ajoute : ‘’Salomon Mbutcho sera accompagné de Mamadou Ndiaye, mon conseiller en informatique et mon représentant auprès du Groupe Scac Afrique’’. Une chute qui pousse à se demander pourquoi et à quel titre le Pape du Sopi se fait-il représenter dans cette société immobilière ? Si M. Mbutcho, l’autorité morale la plus en vue de ce groupe est le vice-président, qui en est le président ? Serait-ce Me Wade ? Comment un ancien président d’un pays peut-il recommander à un président au pouvoir, un escroc, un homme impliqué dans plusieurs problèmes fonciers Afrique ? Me Wade serait-il actionnaire au sein de Scac Afrique ? Des questions en suspens. Mais, il faut aussi relever que le président Abdoulaye Wade a écrit ladite correspondance avec l’entête de Africa Wade international consulting, son propre cabinet.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom