vendredi, 3 juillet, 2020

Meurtre de Leo et Maya à Dresde : Leur père condamné à la prison à vie

Le petit Leo, 5 ans, et Maya, 2 ans, enfants d’une sénégalaise d’origine, ont été assassinés par leur propre père, un entrepreneur français établit en Allemagne. Il les avait étranglé avant d’injecter de la mousse de construction à action rapide le long de leur voies respiratoires pour les étouffer et s’assurer qu’ils ne seraient pas réanimés.

Un entrepreneur bâtiment a été emprisonné à perpétuité pour avoir assassiné ses propres enfants en mettant de la mousse de construction dans leur gorge pour se venger de son ex-femme d’origine sénégalaise.

Le Français, âgé de 55 ans répondait au nom de Laurent Foinard vivait à Dresde, en Allemagne, avait mis le petit Leo, 5 ans, et Maya, 2 ans, au lit pour donner l’impression qu’ils dormaient après avoir bloqué leurs minuscules voies respiratoires avec de la mousse de construction à action rapide.

Il a ensuite tenté d’assassiner sa femme de nationalité sénégalaise mais sa perruque épaisse a amorti le coup qu’elle avait reçue à la tête par derrière avec un objet lourd.

Laurent Foinard nie avoir tué ses jeunes enfants lors de son procès alors que toutes les preuves l’accablaient.

Il devra purger la perpétuité et est déjà en détention préventive depuis son arrestation pour le meurtre de ses enfants en mai dernier.

Cet entrepreneur d’origine française vivait à Dresde, la capitale de l’État allemand de Saxe, depuis 1992. Son entreprise de construction avait connu de graves difficultés financières et il y a deux ans, sa femme d’origine sénégalaise, Marieta Sarr, l’avait quitté.

En janvier de l’année dernière, il avait été arrêté avec un kilogramme de méthamphétamine en cristal qu’il tentait de faire entrer clandestinement en Allemagne depuis la Pologne.

Le tribunal avait entendu qu’il violentait de plus en plus son ex-femme à cause de ses ennuis financiers. C’est ainsi qu’il a décidé de se venger d’elle en mettant son idée tordu en action lorsque les deux enfants devaient passer avec lui deux jours conformément à la décision de divorce.

Le procureur Till von Borries a déclaré au tribunal que le prévenu avait agit par vengeance parce que sa femme s’était séparée de lui et l’acte avait blessé son amour-propre.

Il a déclaré : “L’acte d’accusation allègue que le 9 mai 2019, le sous-traitant en construction immobilière avait étranglé ses deux enfants Maya, 2 ans, et Leo, 5 ans, dans son appartement jusqu’à ce qu’ils soient inconscients.”

Afin de s’assurer que personne ne puisse  les réanimer, il a injecté de la mousse de construction à action rapide dans leur bouche afin de fermer leurs voies respiratoires.

Le jour des meurtres, Laurent a pris des photos de ses enfants, Leo souriant sur son vélo et Maya tenant une glace.

Le tribunal a appris que, non satisfait du meurtre choquant, il avait alors replié les minuscules corps dans son lit pour donner l’impression qu’ils dormaient, et avait décidé d’attendre l’arrivée de son ex-femme pour la tuer à son tour. 

Il appelle au téléphoné sa femme Marieta Sarré., âgée de 27 ans, d’origine sénégalaise  pour apporter les lapins en peluche que Maya avait laissés à la maison.

À son arrivée, il a refusé de la laisser voir les enfants et, après une dispute, a tenté de la tuer en la frappant par derrière avec un objet lourd.

Heureusement pour elle, car sa perruque épaisse avait empêché le coup de fracasser sa têt.

Il a par la suite continué à l’attaquer, l’étranglant alors qu’elle tentait de de rejoindre l’entrée du bâtiment. Elle s’effondre inconsciente. Les voisins ayant entendu les cris de la femme sont vite venu à son secours. 

Quand les voisins ont essayé de réveiller les deux enfants, ils ont d’abord pensé qu’ils dormaient, et quand ils ont réalisé qu’ils ne respiraient pas et ont essayé de les réanimer, ils ont découvert leurs bouches remplies de mousse de construction.

Le Tribunal a finalement reconnu coupable l’entrepreneur français du meurtre de ses deux enfant et de tentative de meurtre sur son ex-femme.

Un psychologue mandaté a découvert que Laurent était un narcissique agressif qui montrait un manque d’empathie, mais il a été jugé apte à subir son procès.

Les autres infractions antérieures de Laurent comprenaient le viol et l’incendie criminel, rapporte le journal.

 


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom