Michael Jackson vraiment pédophile ? L’un de ses accusateurs a menti d’après le producteur du documentaire

Quelques semaines après sa sortie, le documentaire Leaving Neverland fait à nouveau polémique. L’une des deux supposées victimes aurait menti à propos d’une scène qui se serait déroulée au ranch de la star…

Difficile de savoir qui dit vrai. Près de dix ans après avoir rendu son dernier souffle, le 25 juin 2009, Michael Jackson voit à nouveau sa réputation entachée. Après Jordan Chandler et Gavin Arvizo, deux nouvelles victimes l’accusent de les avoir abusés sexuellement lorsqu’ils étaient enfants. Il s’agit de Wade Robson, un jeune danseur qu’il avait aidé au début de sa carrière, ainsi que James Safechuck, qu’il avait rencontré sur le tournage d’une publicité pour Pepsi. Dans le documentaire Leaving Neverland– diffusé le 21 mars dernier sur M6 -, tous deux font part de scènes particulièrement effroyables qui se seraient déroulées dans le ranch du Roi de la pop. Entre « initiations à la masturbation » et actes sexuels, leurs témoignages ont bouleversé l’opinion publique.

Le problème c’est que pour beaucoup, ces allégations ne seraient qu’un tas de mensonges. En colère, les fans de Michael Jackson sont d’ailleurs très nombreux à avoir boycotté ledit documentaire, certains allant même jusqu’à porter plainte contre les deux supposés victimes. De nouvelles révélations vont-elles leur donner raison ? Selon Dan Reed, le réalisateur de Leaving Neverland, un élément clé du témoignage de James Safechuck aurait été inventé de toutes pièces.

Le témoignage de James Safechuck grandement remis en question

Dans le long-métrage diffusé pour la première fois au festival de Sundance, la supposée victime avait évoqué une scène qui se serait déroulée à bord du train de Neverland. Isolé avec le chanteur décédé à 50 ans, James Safechuck y aurait subi une agression sexuelle. Sauf qu’il se trouve que ce fameux train n’existait pas au moment des faits ! Comme le révèle Mike Smallcombe, ancien biographe de Michael Jackson, ce dernier n’a été construit que deux ans après la période où l’homme affirme avoir été abusé. Lui, qui dit avoir subi les sévices de Michael Jackson jusqu’à ses 14 ans, aurait été sous son emprise jusqu’en 1992, alors que le chantier n’a débuté qu’en septembre 1993, pour une inauguration en 1994. Interrogé sur ce point par le Daily Mail, Dan Reed a reconnu que le témoignage de James Safechuck était potentiellement incorrect. Suffisant pour jeter l’opprobre sur le reste du documentaire ?

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom