Michael Wolff publie un livre bombe sur Trump « Feu et colère : dans les coulisses de la Maison-Blanche de Trump”

Qu’y a-t-il de si explosif dans le livre de Michael Wolff pour que, quelques heures après la publication de ses bonnes feuilles dans le New York Magazine, l’ouvrage, dont la publication a été avancée au vendredi 5 janvier, ait déjà été en tête des précommandes chez tous les vendeurs américains ?

Compilation hétéroclite d’anecdotes récoltées au cours de près de deux cents conversations avec l’entourage du 45e président américain, Fire and Fury : Inside the Trump White House (éditions Henry Holt) brosse le portrait d’une Maison Blanche qui bruisse de rivalités, d’obsessions, de fantasmes et d’angoisses.

Tour d’horizon de dix choses – parfois anodines, mais pas toujours – apprises à la lecture de ces premiers extraits.

Bannon considère Trump Jr comme un « traître »

L’ancien conseiller spécial du président vs le fils du président. C’est assurément le duel fratricide qui agite le plus les médias américains au lendemain de la publication des extraits. Dans le livre, Steve Bannon, le sulfureux rédacteur en chef du site ultraconservateur Breitbart News, affirme que Donald Trump Jr s’est rendu coupable de « trahison » en organisant, le 9 juin 2016, à la Trump Tower de New York, une réunion avec trois ressortissants russes, le gendre du président Jared Kushner, et le directeur de campagne du candidat républicain, Paul Manafort.

M. Bannon, considéré comme l’éminence grise de la campagne de Donald Trump, y dit :

« Ces trois mecs responsables de campagne ont pensé que c’était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger au sein même de la Trump Tower, dans la salle de réunion du 25e étage – sans la présence d’avocats. Ils n’avaient pas d’avocats. Même si vous pensez que ça ne constitue pas une trahison, quelque chose d’antipatriotique, ou une idée franchement de m***, et moi je pense que c’était tout ça d’un coup, vous auriez dû immédiatement appeler le FBI. »

Et l’ancien de Goldman Sachs, devenu pourfendeur des élites, d’enfoncer le clou en disant :

« La chance que Don Jr n’ait pas fait monter ces demeurés jusqu’au bureau de son père est égale à zéro. »

Pour Steve Bannon, aucun doute, le procureur spécial chargé d’éclairer les relations troubles entre la campagne de Donald Trump et le Kremlin va « faire craquer Don Jr comme un œuf en plein direct télévisé ».

Quelques heures après la publication de cet extrait, les avocats de M. Trump ont fait part de leur intention de porter plainte contre M. Bannon, l’accusant d’avoir enfreint l’accord de confidentialité qui le liait à la Maison Blanche et d’avoir diffamé le président.

www.lemonde.fr/

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom