“Mon amour, tu me manques aussi…” Voici les derniers messages WhatsApp que Diary Sow a échangé … !

Selon Washington Post, l’étudiante sénégalaise a disparu le 03 janvier à 20h 57. Diary Sow a répondu brièvement aux messages vocaux WhatsApp de sa petite sœur de 5 ans le même jour dans la soirée.

Petite sœur:  Tu me manques. Je t’aime. Quand rentres-tu à la maison ?
Diary Sow :  Mon amour, tu me manques aussi. Je t’aime beaucoup.

Ce sont les derniers mots que l’étudiante de 20 ans a laissés dans la messagerie instantanée WhatsApp de sa mère. Et puis, plus rien. Non lus, non ouverts aux messages vocaux envoyés par sa mère. La mère de l’étudiante disparue affirme que sa fille n’a pas fugué.

L’hypothèse de la fugue envisagée

Bientôt deux semaines après la disparition de Diary Sow à Paris, le mystère reste entier. S’agit-il d’une disparition volontaire comme pouvait le laisser supposer certains éléments recueillis par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne ?

Âgée de 20 ans, l’étudiante sénégalaise, élève en deuxième année de classe préparatoire scientifique au sein du prestigieux lycée parisien Louis-le-Grand, se serait en effet volatilisée en emportant des effets personnels et quelques vêtements. Une chose semble acquise, elle aurait quitté sa résidence étudiante du boulevard du Port-Royal (Paris, XIIIe art) le 4 janvier, jour de la rentrée scolaire, sans se présenter à la reprise des cours.

Pourquoi aurait-elle fui volontairement son univers estudiantin à cet instant précis ? Auréolée du titre honorifique de « meilleur élève du Sénégal » en 2018 et 2019, la jeune femme a été érigée en modèle de réussite par le président de la République du Sénégal. L’hypothèse d’une pression excessive pesant sur ses épaules a été étudiée, selon une source proche du dossier, sans pour autant être confirmée de manière certaine. « Cela ne tient pas la route, réplique l’un des membres de sa famille. Diary n’a jamais été stressée par ses études. Elle était concentrée sur ce qu’elle avait à faire, ça oui, mais il s’agissait d’une pression positive ».

Enquête pour «disparition inquiétante de majeur»

Le 3 janvier, la jeune femme est rentrée à Paris après un court séjour à Toulouse (Haute-Garonne) chez l’une de ses meilleures amies, elle-même sénégalaise. Elle a effectué le trajet retour en covoiturage avec une jeune fille qui dit n’avoir rien remarqué d’anormal dans son comportement. Avant le 12 janvier, Diary Sow devait s’inscrire au concours d’entrée de l’école normale supérieure (ENS), filière PC* (Physique-Chimie), l’un des objectifs, au même titre que l’École polytechnique, de cette très brillante étudiante attirée par une carrière de chercheuse en génétique.

Trois jours après sa disparition, le 7 janvier, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « disparition inquiétante de majeur ». Ce samedi 16 janvier, cette enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), est toujours en cours.

Sevrés d’informations précises, les proches de Diary Sow comme les membres de la diaspora sénégalaise commencent à s’impatienter. « Nous sommes toujours dans cette très longue attente », nous fait savoir l’un de ses oncles, domicilié à Dakar. « Cela fait plus de dix jours que Diary Sow a disparu et nous ne la retrouvons toujours pas », expose Thierno Fall, ce samedi au cours d’une conférence de presse organisée à Paris.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom