Montréal : Un chien dangereux sera euthanasié, 6 personnes déjà attaquées

Canada – Le chien de type Pitbull qui a attaqué six personnes l’été dernier à Montréal-Nord devra être euthanasié, vient de trancher un juge en refusant que l’animal dangereux soit envoyé dans un refuge américain.

« L’offre d’adopter le chien est sans doute intéressante, mais le tribunal ne peut imposer une telle solution aux parties », indique le juge Lukasz Granosik dans une décision de 14 pages rendue ce mardi.

C’est donc dire qu’à moins que le dossier ne se rende en appel, la chienne Shotta devra être tuée à la suite de son comportement dangereux du 18 août 2018.

Chien dangereux

Ce jour-là, Shotta venait d’être confiée à une grand-mère qui s’est avérée être une trafiquante de drogue. Et le même jour, la chienne -un bulldog croisé avec 20 % d’ADN de pitbull- s’en est pris à quatre enfants et deux adultes.

« Le chien est saisi immédiatement par la police et confié à la SPCA, où il se trouve depuis ce moment, explique le juge. En cage depuis plusieurs mois et coupé de son environnement et de ses maîtres, son état se détériore, il est gavé d’anxiolytiques et ses activités sont limitées. Il dépérit. »

Soucieuse de vouloir sauver le chien dangereux, la colorée avocate Anne-France Goldwater a intenté des poursuites judiciaires afin de sauver Shotta, alléguant aussi que le règlement municipal devait être en partie invalidé.

Pas convaincant

Le refuge américain Road to Home Rescue Support a assuré à la cour qu’il pouvait prendre en charge le chien, mais il a échoué à convaincre le magistrat.

« Le tribunal éprouve un malaise de voir une organisation étrangère, ne participant d’aucune façon au processus démocratique montréalais et québécois contester la validité d’un règlement d’une ville du Québec », indique le juge.

Le magistrat a d’ailleurs rejeté la prétention voulant que la Ville outrepasse ses pouvoirs avec son règlement. Il a aussi débouté le refuge qui se plaignait que le chien n’ait pas fait l’objet d’une expertise.

« Il est possible de s’en passer », a affirmé le juge en donnant raison à la Ville, qui a plaidé que dans les cas aussi graves que celui de Shotta, le constat de dangerosité s’imposait.

Avec le rejet de la demande pour sauver le chien, ce dernier devrait donc être euthanasié. Le refuge américain a toutefois 30 jours pour faire appel de la décision, ce qui devrait permettre à Shotta de rester en vie jusqu’à la fin des procédures.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom