Nigeria : L’Afrique du Sud s’excuse pour la vague de xénophobie

People take cover from a stun grenade and tear gas after a skirmish between locals and foreign nationals as thousands of people take part in the "peace march" against xenophobia in Durban, South Africa, on April 16, 2015. South African President Jacob Zuma on April 16 appealed for the end of attacks on immigrants as a wave of violence that has left at least six people dead threatened to spread across the country. In the past two weeks, shops and homes owned by Somalis, Ethiopians, Malawians and other immigrants in Durban and surrounding townships have been targeted, forcing families to flee to camps protected by armed guards. AFP PHOTO / STRINGER

Suite aux récentes attaques xénophobes en Afrique du sud, un émissaire sud-africain en visite lundi à Abuja a présenté ses plus sincères excuses au Nigeria après la vague d’attaques xénophobes.

C’est un homme rompu aux arcanes de la politique, député, membre du bureau du Congrès national africain (ANC) et ministre pendant 25 ans (de 1994 à 2019) que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a dépêché à travers le continent auprès de ses homologues pour restaurer des relations diplomatiques mises à mal ces dernières semaines. 

L’ancien ministre Jeff Radebe a rencontré le président nigérian Muhammadu Buhari, lui faisant savoir que son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa réitérait ses plus sincères excuses.

Force est de savoir que pendant que la mission diplomatique se déroule, le Nigeria a continué d’évacuer ses citoyens d’Afrique du Sud. Plus de 300 Nigérians devraient arriver à Lagos.

Après le Nigeria, la mission emmenée par M. Radebe doit faire étape au Niger, au Ghana, au Sénégal, en Tanzanie, en République démocratique du Congo et en Zambie.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom