OMAN : Le Sultan Qabous, chef d’Etat arabe resté 50 ans au pouvoir, est mort

Après un demi-siècle de règne à la tête d’Oman, ce petit pays stable et neutre dans un Golfe sous tensions, le sultan Qabous est mort à l’âge de 79 ans. Le dirigeant n’était pas marié et n’avait pas d’enfants ni de frères susceptibles de lui succéder. L’un de ses cousins, Haitham ben Tarek, ministre du Patrimoine et de la Culture, a été désigné pour le remplacer, samedi 11 janvier. 

Le sultan Qabous souffrait depuis un certain temps d’une maladie qui pourrait selon des diplomates être un cancer du côlon. Ses multiples hospitalisations en Allemagne avaient déjà suscité des inquiétudes sur sa succession et la stabilité de ce pays du Golfe.

Il avait modernisé le pays le plus pauvre de la région

Né le 18 novembre 1940 à Salalah, dans la province du Dhofar, dans le sud du pays, où il a été à l’école, Qabous ben Saïd était entré à 20 ans à la Royal Military Academy de Sandhurst, en Grande-Bretagne. Il avait accédé au trône en juillet 1970, après avoir renversé son père. Il avait alors entrepris de moderniser ce qui est le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, mais qui commençait toutefois à exporter du pétrole.

Sous le règne du sultan Qabous, Oman a consolidé son rôle de pays modéré et neutre dans un Golfe secoué de tensions politiques, notamment avec l’inimitié entre les Etats-Unis, alliés des Etats arabes du Golfe, et l’Iran. Sur la scène internationale, le sultanat a joué régulièrement les bons offices pour ses alliés occidentaux, notamment dans leurs relations tendues avec l’Iran voisin. Oman est également intervenu dans des affaires de libérations d’otages, notamment au Yémen voisin en guerre.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom