Petite compilation des mensonges et contradictions d’Adji Sarr (Par Alioune Badara Mboup)*

Le niveau intellectuel élémentaire d’Adji Sarr, son impréparation au banditisme d’État, la médiocrité du scénario proposé par les commanditaires et surtout sa facilité à mentir systématiquement sans réfléchir sur la cohérence d’ensemble de ses propres mensonges font que nous sommes carrément en face d’accusations totalement fantaisistes qui ne feront perdre du temps à aucun juge sérieux.

I-Sur l’auteur de la plainte :
Version A : A la question « êtes-vous la rédactrice de la plainte », Adji Sarr répond en toute naïveté qu’elle a bien rédigé la plainte.

Remarque : Toute personne objective sait qu’elle ment. Elle ne peut dans l’absolu rédigé la plainte. Adji sarr a donc commencé son audition par un mensonge flagrant. Aussi, entre la plainte et les PV, les déclarations de la plaignante sont discordantes. Signe d’un manque de coordination entre Adji et les commanditaires sur ce point.

Version B : La plainte a été rédigée par un avocat ou une avocate. Preuve : Sidy Ahmed Mbaye, dans son PV d’audition, dit avoir pris contact avec un avocat qui leur a aussi mis en relation avec un médecin.
Entre l’évidence qu’elle n’a pas rédigé la plainte et l’implication de l’avocat (e) dont parle Sidy A. Mbaye on sait où se situe la vérité : elle n’a jamais écrit la plainte.

II- Sur la date de son prétendu premier viol, Adji Sarr a eu un trou de mémoire !

1°) C’était quand la date du premier viol, elle répond : « je ne sais pas, j’ai oublié »,

2°) Elle oublie la date de son premier viol, mais n’a pas oublié les dates et jours où elle a massé Sonko : 31 décembre, 21 janvier, 2 février. Mieux, elle donne avec une relative précision les heures de passage de Sonko : le 2 février c’était à 21 h ; le 31 décembre 2020 c’était à 19 h00 ; le 21 décembre c’était entre 14 h et 15 h

NB : Quand on imagine on n’a pas toujours le temps et le réflexe intelligent d’inventer avec une date précise. L’essentiel étant de sortir l’accusation et non de la dater. Comment ne pas connaitre le jour clé à partir duquel, comme elle l’a dit dans la plainte, sa « vie a basculé » ?

III- Sur les circonstances des supposés viols

Entre son PV d’audition et sa plainte, Adji Sarr a du mal à présenter une seule version des faits ; elle prétend pourtant avoir rédigé seule sa plainte rappelez-vous :

1°) Version A – Dans son PV d’audition, Adji Sarr déclare que lors du premier viol que : « Pour me violer, Sonko m’a menacé de me faire licencier…» ; donc chantage.

2°) Version B – Dans sa plainte cette fois-ci, Adji Sarr dit plutôt que pour la violer Ousmane Sonko l’a « étranglé et contrainte d’avoir des rapports sexuels avec lui » ;

3°) Version C – Dans la plainte aussi Adji Sarr dit qu’Ousmane Sonko vient toujours avec 2 armes et c’est avec ces armes qu’il l’a menacé pour avoir des rapports sexuels non consentis avec elle ;

NB : Mensonge : lors de son AUDITION Adji Sarr décrivant les circonstances des ‘‘viols’’ ne parle ni de menaces de mort, ni d’armes, ni de strangulation, mais SEULEMENT de chantage au licenciement. En présentant alors les faits différemment dans sa PLAINTE, nous avons preuve qu’elle n’a pas écrit la plainte et qu’elle a oublié le scenario inscrit dans la plainte.

IV- Sur sa prétendue grossesse et l’introuvable plainte de son père contre Sonko

1°) Pour quitter son logement dans le domicile de sa patronne Adji sarr a prétendu être en état de grossesse, avoir été engrossée par Ousmane Sonko et que son père avait porté plainte contre Sonko

2°) Tout est faux ici :
-Elle n’a jamais été en état de grossesse, sinon le gynécologue, Alfousseyni Gaye l’aurait constaté dans son bilan.
-Son père n’a jamais porté plainte contre Sonko
NB : ce mensonge (grossesse) elle l’a produit juste pour pouvoir quitter le domicile de Ndeye Khady Ndiaye qui la logeait.

V- Adji et les messages écrits de Sonko qu’elle prétend avoir reçu

Version A : Dans sa plainte, Adji Sarr écrit : « Hier seulement (le 2 février) il a envoyé un message écrit pour dire qu’il allait venir, de l’attendre » ;

Version B : Le gendarme lors de son audition lui demande de lui montrer le message. Adji Sarr change aussitôt de version : « NON, ce n’est pas à moi qu’il a écrit le message mais plutôt à ma patronne. C’est ma patronne qui m’a transféré le message.

NB : ce changement de version entre sa plainte et le PV montre qu’elle n’a pas écrit la plainte et qu’elle ne maitrisait pas du tout le scénario.
Version C : Lors de l’audition de Ndeye Khady Ndiaye, propriétaire du Salon, les mensonges de Adji Sarr font jour : à la question de savoir si Sonko envoie des messages avant de venir à l’institut, elle répond : « Non je ne me rappelle pas ».

La propriétaire contrairement à ce qu’à dit Adji Sarr, dément avoir transmis le 2 février à Adji Sarr un quelconque message lui disant qu’Ousmane Sonko allait venir. Le message transmis concernait un client arabe et non Ousmane Sonko et ce message sur ce client arabe elle l’a transféré le 1er février et non le 2 février.

NB : Interrogée sur la preuve de ce message d’Ousmane Sonko que lui aurait transféré sa patronne, Aji Sarr dit l’avoir supprimé, car la mémoire de son téléphone était pleine.

On remarquera aussi, comme elle le reconnait, avoir informé Sidy Ahmed Mbaye de l’arrivée de Sonko dans l’institut. À quelles fins ?

VI- Sur la sortie de Aminata BA de la salle de massage le 2 février 2021

1°) Version A : Adji Sarr dans son PV : « C’est Sonko qui lui a demandé de faire sortir Aminata BA.

2°) Version B : selon Aminata BA : « c’est Adji Sarr qui m’a demandé de sortir et de la laisser seule avec Sonko. Elle dit aussi que dans l’Institut il n’est pas autorisé de rester seul avec un client.

VI- Virginité

Dans son PV Adji Sarr, faisant référence au premier viol qu’elle aurait subi de la part de Sonko, dit : « je tiens à préciser que c’était la première fois que je faisais un rapport sexuel » ;

N’est-ce pas, la même Adji Sarr qui, dans une autre affaire, avait déjà accusé de viol un de ses maitres ?

VII- Adji Sarr et la moto Jakarta

Avec quel moyen de transport Adji a-t-elle quitté l’institut de massage la nuit du 2 février ?

Version d’Adji sarr : Lors de son audition, la propriétaire de l’institut dit qu’Adji Sarr, après lui avoir annoncé sa grossesse, lui a dit que c’est une moto Jakarta qui viendra la prendre.

Version d’Ibrahim Koulibaly mari du Propriétaire du salon de massage : C’est un véhicule noir qui est venu la prendre

Version de Sidy Ahmed Mbaye : elle m’a appelé pour que je la conduise à l’hôpital

Version d’Adji Sarr après confrontation : « Je suis sortie la nuit à bord d’un véhicule pour aller à l’hôpital et faire un prélèvement ». Cette dernière version peut être considérée comme la version de la résignation puisqu’elle reconnait avoir menti à sa patronne sur son moyen de transport.

Au total, de sa plainte qu’elle n’a jamais rédigé jusqu’au Jakarta qu’elle n’a jamais pris, tout est mensonge chez Adji Sarr.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom