PORTRAIT : Qui est Cheikh Ahmed Tidiane Ba, le remplaçant de Aliou Sall à la CDC

Aliou Sall n’est plus le Directeur Général de la Caisse de Dépôt et Consignation du Sénégal à la suite de sa démission. Il a été remplacé à ce poste par l’ancien Directeur Général des Impôts et Domaines M. Cheikh Tidiane Bâ. Nous vous livrons ici le portrait de ce technocrate intègre. 

C’est le genre de personnes que tout met dans le sens de l’émoi…au contact de l’agitation du monde. Mais ensuite il se pointe, imperturbable. Un destin qui se frotte aux grands coups pour en sortir consacré. Apparu de nulle part, le directeur général des Impôts et Domaines, Cheikh Ahmed Tidiane Ba, écrit son aventure en chiffres… et en lettres.

Il les veut encore perceptibles, reluisants et indélébiles. Sur les marches du podium, l’homme se dévoile et emplit son cercle. Dès lors, il apparaît dans les habits d’un fin technocrate, puis d’un politique averti qui n’aura appris que pour lui-même…et se tourne, résolument, vers là où le mènent ses rêves d’humanité et ses grandes ambitions.

A la Médina, un quartier qui l’a vu naître, il n’a pas fini d’inscrire son histoire. Dans le coin, c’est un homme célébré sous fond de tintamarre, dans l’agitation d’un «super Ndadjé» à l’occasion de son anniversaire. Rien que pour cela ! «La Médina et lui, c’est une sacrée histoire d’amour !», souffle-t-on dans son cercle. Encore qu’il le proclame lui-même…au détour de solennités dans son fief ! Généralement, entre partage et communion d’autres formes qu’il initie lui-même. En vérité, Cheikh, comme l’appelle affectueusement ses proches, est loin d’être un homme haut perché. Toutefois, son quotidien prend une tournure importante. Il venait de se frotter à la politique, aux portes de l’Alliance pour la République, convaincu de gagner le pari avec Macky Sall. Pour lui, ce n’est pas encore très pimpant, cette responsabilité au plus haut sommet de l’Etat, dans les affaires sensibles de la République. Une marque d’estime qui l’a, pourtant, si touché et correspond, par ailleurs, à ses plans. «Aucun sacrifice de ma part ne sera de trop pour la Médina et pour accompagner le Président Macky Sall dans ses politiques publiques visant un mieux-être pour les Sénégalais. Si faire de la politique est synonyme d’engagement au profit de sa communauté, j’y suis donc déjà depuis bien longtemps», dixit Cheikh Ba alors pour satisfaire aux curiosités sur ses positions.

Un homme de parole…

En 2014, ce quinquagénaire arrivait à la tête des Impôts et Domaines, auréolé d’une sacrée expérience qui l’aura vu presque à toutes les stations de cette institution. Il n’était pas seulement le fonctionnaire dont le travail mérite toute la reconnaissance de son chef, mais devait encore être la pièce qui manquait à la machine de guerre. «Macky Sall est séduit tout autant par son parcours que par son intelligence. En plus, il est charismatique», rapporte-t-on au sein de l’Apr, où l’on consent, dès lors, au coup de neuf dans les rangs du parti à la Médina. Ils le savent… c’est un homme de parole qui, au-delà de ses vieux amours pour la vie associative, aime les challenges et cherche, particulièrement, à porter quelque segment de l’histoire. Comme cet autre fois, quand le brillant élève du Prytanée militaire de Saint-Louis, parti quelques années plus tôt de l’école de Médina 5, inscrit en série scientifique, chamboulait les donnes pour se voir remettre le premier prix de philosophie au Concours Général. Ces premiers succès étaient donc prémonitoires mais ne l’impressionnèrent guère. Il y a d’autres paris plus hauts qui l’attendent. En effet, dans la vie comme dans ses rêves, Cheikh est un homme qui n’ignore jamais le détail mais aime être simple dans sa communion avec le cosmos. Ses succès attendront toujours. Ce qui l’intéresse, c’est de passer le cap de ses volontés, une énergie qu’il veut présente et prodiguée. Il la veut encore intacte comme pour donner de la contenance à sa relation avec le monde. «C’est un patient et un altruiste qui pense qu’il doit être le seul à donner aux autres, quelqu’un qui aime surtout communiquer dans la franchise et tient, plus que tout, à se faire comprendre. Il ne se décourage pas facilement et recours toujours aux solutions clémentes», témoigne une connaissance de longue date avec qui il a cheminé à la Médina. Pour d’aucuns, l’ex étudiant de l’Ecole nationale d’administration à Dakar est, en réalité, quelqu’un qui s’applique toujours à bâtir son image. Toujours est-il que sur scène, il est loin des facéties qui doivent ternir le tableau et veille toujours aux détails d’une parfaite communion.

Entrée remarquée

Dans une autre sphère, Cheikh Tidiane Ba est décrit comme un homme d’esprit qui, de loin, abaisse les mots pour apparaitre dans un sillage plus palpable. Dans le domaine professionnel comme dans ses interventions de tous les jours, son estampille est reconnaissable entre mille. «C’est un homme brillant et ouvert, qui a surtout le sens de la responsabilité et dont le pragmatisme, par ailleurs, s’accorde avec les exigences du moment aussi bien en politique qu’en administration», rapporte un collègue et proche collaborateur. A la direction des Impôts et Domaines, il n’aura pas fini de jeter les jalons de réformes fiscales assez audacieuses et payantes. Les chiffres, concernant les recettes fiscales au fil des années, en disent longs sur le travail effectué par ses équipes.

Sur les points mensuels de la conjoncture publiés par la Dgppe, tout au long de l’année 2017, on constate une nette augmentation des recettes budgétaires. Une cadence que ses services maintiennent depuis 2015. Son joug encré, qu’il n’a pas manqué d’associer à une touche moderne avec l’automatisation des données entre autres diligences, a fortement influencé la tournure des événements. Pour le coup, il peut se vanter d’une performance jamais réalisée dans cette institution en autant d’années. 

Communicant par excellence et très présent sur les réseaux sociaux, Cheikh Tidiane Ba a osé le pari de la disponibilité de l’information fiscale bien libellée et partagée. Plus qu’un devoir professionnel, l’aventure devient une passion, qu’il devait encore partager avec les sénégalais, ces contribuables pour qui il se donne le vœu de transmettre «la culture du fisc». Et il a fallu encore être de tous les rendez-vous, de tous les combats…Sa rigueur est saluée. Dans le sillage, il est tantôt flingué par des hommes d’affaires de ce pays, par ailleurs adversaires politiques, qui ne sont pas contents de devoir faire face à l’impitoyable fouet du directeur des Impôts et domaines. A ce niveau, il a choisi de ne pas faire de compromis. Il voulait encore apporter une contribution digne de son «rang» au programme de son chef, concernant la mobilisation de fonds au profit du Budget de l’Etat et des Collectivités locales, des finances publiques…Après tout, la «chose publique» est son dada, depuis toujours ! 

Le temps des cerises

Et naturellement, en pion adulé, il s’invite dans les rangs. Sa main bénie est aussitôt acceptée. A la Médina, l’appel de Cheikh Ba est comme attendu. Et puis, l’homme ne cache point ses ambitions. Il veut s’imposer au grand dam des adversaires de Benno Bokk Yaakaar qui devront, selon certains avis, en souffrir. Bien sûr, dans ses rangs, il est tout de suite plébiscité. Qu’en est-il alors du mythe de ces dernières années en la personne du maire Bamba Fall ? «Le maire Bamba Fall est un frère, mais nous menons un combat politique entre médinois et pensons qu’en 2019, nous allons le battre facilement, s’il s’oppose à Benno Bokk Yaakaar», avise-t-il dernièrement. En effet, ce dernier devra faire une large place au patron des Impôts et Domaines qui fait de son fief un terrain de chasse privilégié…En témoigne les nombreux cérémonials auxquels il est associé…jusqu’au pied des chantiers de la mairie ! Et c’est son «ami» Bamba Fall, lui-même, en adversaire séduit, qui l’invite à un «dialogue politique» nécessaire si l’on sait que l’autre se pointe sur toutes les scènes comme le véritable seigneur des lieux en plus ! Oui, cet adversaire-là est visible partout. Il faut dire que Cheikh Ba, en sportif de couleurs, est un chic type en toutes circonstances. Séduisant et très interconnecté, il devient le bien-aimé de tous, y compris des braves dames de ce quartier qui lui réservent, à l’occasion, leur plus belle sympathie. Comme il se sent pousser des ailes ! Ainsi présent sur tous les fronts, sur la maquette sociale de la Médina, il se donne ainsi les chances de réussir une mission qu’il voit grand…si grand. Et comme dans un film de passion, le compte à rebours débute… 
Source : Picc Mi
PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom