Pour une fois, Monsieur le Président …

On vous prend au mot dans cette croisade pour la propreté de nos villes, contre les vautours fonciers qui font des razzias sur les terres de modestes sénégalais – Ne nous refaites pas le coup du Wakh Waxet

« J’en appelle à une mobilisation générale pour forger l’image d’un nouveau Sénégal plus propre dans ses quartiers, dans ses villages, ses villes, en un mot un Sénégal zéro déchet ». Qui n’applaudirait pas un tel engagement ? Faut-il, vous croire vous, ou l’adage infantilisant qui voudrait que les « promesses n’engagent que ceux qui y croient » ?. Autrement dit, il y aurait d’un côté, les diffuseurs de promesses qui n’y croient absolument pas et d’un autre coté, les citoyens naïfs, pour ne pas dire idiots, qui avalent toutes les saloperies qu’on leur sert ? 

« Quartiers, villages, villes (en vérité les villages sont plus propres que nos villes), zéro déchet » dites-vous ? On dit chiche ! Mais alors, commencez par fermer tous les caniveaux à ciel ouvert qui charrient détritus, saletés et maladies dans nos villes. Comment peut-on perpétuer ces ouvrages d’un autre temps et parler de villes propres ?

Ensuite, regardez bien les immondices qui squattent nos villes, nos rues et trottoirs, ce sont des sachets plastiques et autres gobelets du même genre. Pourtant, il existe une loi contre les sachets plastiques. Elle n’est pas appliquée, parce qu’en général, les affairistes qui importent ces saletés sont vos grands électeurs et autres militants.

Ah oui, il y a aussi ces engins de la mort que sont les « cars rapides » reliques, des Ndiagasylla Ndiaye et autres camions qui ne devraient absolument pas circuler, mais ils continuent de semer la mort dans nos quartiers, villages, villes et routes. Le service technique qui doit contrôler ces véhicules se limite à un service minimum, si ce n’est le billet de dix mille à la place du contrôle. Les flics et gendarmes le voient, le savent mais ne font rien, ou si, ils font quelque chose : vous prendre le billet que vous glissez dans votre permis ou autre assurance périmés. Circulez, allez tuer quelques piétons qui usent de leur droit de marcher.

Pendant la campagne présidentielle, un ou deux candidats ont fait la proposition de « un milliard, une commune (?), une ville. Et si Monsieur le président, vous faisiez vôtre cette idée mais avec quelques conditions : les maires, les chefs de quartiers (qui en général ne foutent pas grand chose), et autres « badiénous gokhs » avaient l’obligation d’employer tous et toutes leurs chômeurs (de quartiers) pour nettoyer chaque semaine leurs lieux de vie, moyennant un pécule (dix mille la journée). L’Etat se chargera des grands ouvrages (caniveaux, éclairage public, etc.), les maires du ramassage des ordures (brouettes, pelles, etc.. ). Mais, nom de Dieu, il ne faut pas ramasser les ordures dans les quartiers pour les jeter au bord de la mer ou en dehors des villes !

« Je voudrais dire solennellement, que je ne laisserai pas la frénésie de la spéculation foncière détruire cette zone d’intérêt vital…. ». Je vous signale que plus de sept villages situés entre Bambilor et le Lac rose ont été rasés, des champs détruits, morcelés, vendus à des prédateurs immobiliers. Savez-vous que vous avez signé un décret spoliant des pécheurs et des particuliers (comme moi) qui se sont saignés pendant de longues années pour un toit ou un verger ? Il s’agit de Guereo et sa lagune. Le décret dit « d’utilité publique ». Or, il s’agit d’un hôtelier, le groupe DECAMRON, qui a déjà fait main basse sur la rive gauche (coté Somone) et veut maintenant la rive droite. La lagune, comme la plage de Somone sera privatisée… Tu parles d’utilité publique ! Un hôtel ! Dont on dit que les capitaux seraient colombiens. Suivez mon regard…

Selon certaines informations, vous auriez dit « ne pas se souvenir d’avoir signé ce décret ». Pourtant, ce décret daté du 06 Février 2018 porte votre signature, celle de votre Premier ministre, du ministre de l’économie et des finances, du ministre du Budget… Alors, abrogez ce décret inique pour préserver des terres de cultures, d’habitation, de pêche et notre environnement. Vous parlez d’un « PSE-Vert pour consacrer plus d’efforts à la sauvegarde de l’écosystème par le reboisement et une lutte plus ferme contre la spéculation foncière… ». Alors arrêtez la boulimie du Groupe DECAMERON qui a déjà bouffé des milliers d’hectares de la Somone, privatisé une plage gardée par des bouledogues. Le saviez-vous ? Pourtant, il nous est venu des informations faisant état de plusieurs de vos ministres qui y séjournent à l’œil aux frais de l’hôtelier. De la à ce que certains de vos collaborateurs vous glissent un décret dans votre pile de pare feu…

Oui, pour une fois, Monsieur le président, on vous prend au mot dans ces projets de croisade pour la propreté de nos villes et quartiers, contre les vautours fonciers qui font des razzias sur les terres et terrains de modestes sénégalais avec la complicité de conseillers municipaux véreux et autres responsables de l’administration complices. Ceux-là mêmes qui croient en vos promesses et vous ont réélu. Réparez Monsieur le président les injustices. Soyez juste avant d’être généreux avec des prédateurs. Fussent-ils vos amis, vos militants. Ne nous refaites pas le coup du Wakh waxet.

Par Demba Ndiaye Cébé


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom