Pourquoi Bruxelles a effectué des perquisitions chez Casino et Intermarché ?

Les pratiques de l’ancienne centrale d’achat commune aux deux distributeurs auprès des fournisseurs sont dans le viseur des autorités européennes. Mardi, toute la matinée, des enquêteurs de la Commission ont effectué des saisies à leurs sièges.

L’alliance entre Intermarché et Casino a été dissoute en avril 2017. Certaines sources évoquent les pratiques commerciales brutales du groupement des Mousquetaires avec les fournisseurs.

Intermarché et Casino sont dans le viseur des autorités européennes, qui s’intéresse de près aux pratiques de leur ancienne centrale d’achat commune Incaa. Selon les informations du « Figaro », les sièges des deux distributeurs français ont été perquisitionnés mardi matin par des enquêteurs de la DG Concurrence de Bruxelles (l’équivalent de la DGCCRF en France). L’information a été confirmée par un porte-parole de Casino à l’AFP.

Des opérations de visites-saisies ont duré toute la journée aux sièges de Casino à Paris et Saint-Etienne, ainsi qu’à Bondoufle dans l’Essonne, le siège social du groupement des Mousquetaires. Toujours selon le quotidien, Bruxelles s’intéresse aux pratiques des acheteurs de la centrale d’achat, notamment lors des négociations tarifaires avec les géants de l’agroalimentaire et de la grande consommation en 2016 et 2017.

En 2017 déjà, la Commission de la concurrence avait lancé une enquête sur les pratiques d’Incaa, avec des saisies de documents des deux entreprises, sans toutefois que cette opération ne débouche sur une quelconque sanction.

Une assignation en 2017

En France, la répression des fraudes  avait poursuivi les deux distributeurs pour pratiques commerciales abusives , réclamant une amende civile de 2 millions d’euros à l’encontre de chaque groupe et la cessation des pratiques concernées.

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la centrale d’achat commune des deux enseignes n’avait à l’époque pas respecté son contrat-cadre annuel avec ses fournisseurs en 2015, formulant des demandes financières supplémentaires indues auprès de ces derniers après la signature d’un accord.

Casino avait réagi à l’annonce en affirmant dans un communiqué que ses pratiques commerciales étaient conformes à la loi et que sa centrale d’achat (dissoute depuis) contesterait les motifs de l’assignation. Aucune sanction n’a là encore été prononcée dans ce dossier.

Valse des alliances depuis 2014

Depuis 2014, de nombreuses alliances sont nouées entre les distributeurs, leur permettant de bénéficier d’un effet de volume pour abaisser les prix d’achat auprès des fournisseurs et gagner en compétitivité. Carrefour  s’est ainsi allié en 2014 avec Cora , le groupe Auchan  s’étant lui rapproché de Système U l’année d’après.

Mais  les séparations sont aussi légion , décidées au gré des opportunités économiques. Casino avait ainsi quitté Intermarché en avril dernier pour se rapprocher d’Auchan, et simultanément, Système U avait décidé de quitter son alliance avec le groupe de la famille Mulliez pour se rapprocher de Carrefour.

Parallèlement à ces alliances nationales, certains distributeurs font partie de vastes centrales d’achat européennes. La plus importante d’entre elle est EMD (European Marketing Distribution), créée en 1989, dont fait notamment partie le groupe Casino. Leclerc, de son côté, s’est associé en juin 2016 avec le groupe allemand Rewe.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom