Quand Trump menaçait les pays dépendants de l’aide américaine après le vote à l’ONU sur Jérusalem

Jeudi 21 décembre 2017. Quelque temps avant le début du vote à l’ONU d’un projet de résolution condamnant la décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, les Etats-Unis bandent leurs muscles et somment tous les pays recevant l’aide américaine de voter en leur faveur.

x

Une menace sans précédent pour la toute puissante Amérique qui promet des représailles diplomatique pour tout pays qui voterait pour ce projet de résolution. Mais, il semble que la cause palestinienne a été plus forte que la complaisance envers les Etats-Unis.

Car, les plus grands bénéficiaires de l’aide américaine, notamment les pays arabes ou musulmans ont fait fi de la menace et voté contre les Etats-Unis. En Afrique, l’Egypte – à qui le président américain Donald Trump fait les yeux doux -, le Nigeria, l’Ethiopie, la Tanzanie ou encore l’Afrique du Sud ont voté en faveur de la Palestine.

Signe que ces avertissements ont pesé ? Trente-cinq Etats, dont des soutiens d’Israël et des Etats-Unis, comme l’Ouganda, le Kenya ou encore le Soudan du Sud ont préféré s’abstenir. Tout comme eux, le Bénin, la Guinée équatoriale, le Rwanda et l’Ouganda sont restés indécis sur le vote. 21 n’ont tout simplement pas pris part au scrutin. Le Togo est cependant le seul pays africain à avoir manifesté son soutien aux Etats-Unis.

“Les États-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l’Assemblée générale pour le seul fait d’exercer notre droit de pays souverain”, a déclaré l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, après le vote. “Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution” financière à l’ONU, a-t-elle lancé.

Une défaite difficile à digérer pour les Etats-Unis qui ont vu leurs plus fidèles alliés, comme l’Arabie saoudite, leur tenir tête. Au-delà de l’humiliation infligée à Trump, la majorité des pays africains semblent réitérer leur objection à une extension d’Israël sur le continent.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom