Négligence de la Recherche au Sénégal : 600 agents de l’ISRA et de l’ITA attendent toujours leur salaire

Au moment, où tous les agents de l'Etat et même du privé ont perçu leur salaire du mois d'Avril coïncidant avec la fête du 1e Mai, les agents de l'ISRA et de l'ITA au nombre de plus de 600 agents tournent encore leurs pouces en espérant que la semaine qui viendra les virements soient effectués.

Malgré, la demande faite par le Président de payer les salaires et les pensions de retraite des agents de l’état avant la fête du 1er Mai, les agents de l’ISRA et de l’ITA attendent toujours leurs émoluments du mois d’avril. Mais cet état n’est pas nouveau, car depuis janvier des retards sont fréquemment constatés sur les salaires, et aboutit souvent à des malaises entre syndicats et directions des dits agences de Recherche Développement. Le dernier en date est le « sit in » organisé par les syndicats de l’ISRA, le 18 Janvier passé, devant leur direction pour exiger entre autre le paiement des salaires du mois de Décembre.

Les causes de cette situation serait liée à un budget faible et instable si l’on en croit le SARAA qui regroupe le corps des chercheurs. En effet, depuis septembre 2017, la situation s’est encore dégradée en raison du non versement de la quatrième tranche d’un budget déjà insuffisant. Sans ctte tranche de 1,475 milliards, des retards dans le paiement des salaires sont notés et des arriérés et impayés ne sont pas à écarter pour les prochains mois.

Lire aussi :  Mouvements d’humeur a l’ISRA : L’intersyndicale en ordre de bataille

Pourtant, les ministres de tutelle n’ont cessé de glorifier les innovations et technologies que ces institutions ont développent pour mettre sur les rampes d’une croissance l’agriculture et l’agroalimentaire au Sénégal.

D’autres conséquences découlant de cette situation sont liées au fait que l’Etat ne peut pas prendre en charge la totalité de la recherche stratégique publique et ainsi poussent ces institutions à se tourner vers les fonds compétitifs internationaux qui le plus souvent ne sont pas en adéquation avec les problématiques réelles de notre agriculture.

Aujourd’hui la plus grande menaces pour ces deux institutions, c’est de se retrouver un jour dépourvues de ses chercheurs qui sont désormais tentés par l’enseignement supérieur où les avantages sont nettement supérieurs depuis la dernière mesure prise par le président Macky Sall de tripler les pensions de retraite des enseignants des universités.

Lire aussi : Incroyable ! Macky Sall triple la pension de retraite des professeurs des Universités

Une chose est sûr, une recherche de qualité devant aboutir à des résultats innovants, nécessite que les acteurs soient dans de bonnes dispositions matérielles avec un esprit tranquille.

Samarew News

PARTAGER