Risque de recrudescence de la guerre en Casamance : Jonction entre Pro-Jammeh et Mfdc

Le regain de violence noté en Casamance en dépit des opérations de ratissage de l'armée sénégalaise n'est pas pour rassurer les populations de la région sud du pays, au lendemain de la tuerie de Bayotte qui a fait une dizaine de morts le 6 janvier dernier. À l'heure où l'évêque de Ziguinchor exprime sa préoccupation de la situation, des Jungullars anciennement fidèles à Yahya Jammeh sont annoncés dans un camp du Mfdc au Fogny.

En effet, devant la “solution finale” entreprise par l’armée sénégalaise, l’évêque de Ziguinchor a exprimé quelques réserves. Dans le quotidien Les Echos, il rappelle que “les armées les plus puissantes au monde n’ont jamais réussi à imposer la paix par les armes”. Le journal qui reprend le confrère gambien “Freedom Newspaper”, note que les anciens membres de l’équipe d’assassins du dictateur Yahya Jammeh appelés Jungullars, ont déménagé de la Guinée Conakry, où ils avaient été accueillis par le gouvernement Condé, pour rejoindre les combattants du Mfdc dans le maquis casamançais.

Parmi les Jungullars ayant rejoint le Mfdc, il y a Sanna Manjang, un tueur de carrière et ancien loyaliste de Jammeh. Manjang réside dans l’un des camps du Mfdc, dans le Fogny, Sanna et les autres ont quitté la Guinée-Conakry par désespoir, renseigne la source. Ils se sentaient abandonnés par Yaya Jammeh. Ils ont décidé de se rapprocher de chez eux et rejoindre les combattants du Mfdc. Ils sont hébergés tout près de la frontière gambienne à la limite de Figny, précise-t-on.

Une présence susceptible de constituer une menace pour la région sénégambienne, parce qu’ils risquent d’être utilisés par la rébellion casamançaise qui traverse une situation difficile.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom