Royaume-Uni : Ces hommes politiques non-musulmans ont décidé de faire le jeûne du Ramadan en signe de solidarité

Inconcevable en France, où il est de bon ton de polémiquer autour du jeûne du Ramadan, si possible de manière passionnelle et grandiloquente, de l’autre côté de la Manche, là où les envolées voltairiennes tombent à plat, il est au contraire de bon aloi de s’y astreindre… en signe de solidarité avec les musulmans. Un autre monde, en somme.

Alors que s’ouvre la parenthèse ramadanienne sacrée dans un royaume britannique lourdement endeuillé par le Coronavirus (plus de 22 000 décès à ce jour), les ténors et principaux cadres des Libéraux-Démocrates (Lib Dems), emmenés par Sir Ed Davey, le chef adjoint du parti, viennent de franchir un grand pas : ils ont décidé de se priver de boire et de manger de l’aube jusqu’au coucher du soleil, à seule fin de témoigner leur soutien à leurs concitoyens de confession musulmane.

« Notre parti a pris la décision de jeûner avec nos concitoyens musulmans. C’est la marque de notre solidarité, au moment où notre pays traverse une période extrêmement difficileEn prenant part à ce jeûne dont nous mesurons l’importance et les vertus, et en partageant quotidiennement nos expériences sur les réseaux sociaux, nous aspirons à recréer l’esprit du Ramadan en ligne », a expliqué Sir Ed Davey, l’instigateur de ce jeûne expérimental, dont il est convaincu qu’il sera fédérateur, bénéfique et riche d’enseignements.

« Un repas avant l’aube aujourd’hui. Je me prépare pour mon tout premier jeûne durant le mois sacré du Ramadan. Aux musulmans qui font le Ramadan en vase clos, sachez que vous n’êtes pas seuls ! », a-t-il déclaré face caméra, avant de se conformer rigoureusement, et pour la première fois de sa vie, au quatrième pilier de l’islam.

La fraternité chevillée au corps, Sir Ed Davey ne pouvait trouver plus belle manière de montrer à la face du monde que le Royaume-Uni serre plus que jamais les rangs, et forme une grande famille dont aucun membre n’est exclu.

Layla Moran, la députée d’Oxford West qui monte au sein des Lib Dems, lui a rapidement emboîté le pas.

Mû par le même élan de solidarité, Paul Bristow, le député conservateur de Petersborough, n’a pas attendu que son parti lui donne le feu vert pour jeûner pendant la première semaine du mois de Ramadan. N’écoutant que ce que lui dictait son cœur, et désireux de se décentrer de son univers de référence pour mieux appréhender la dimension hautement spirituelle du mois béni entre tous, il a annoncé sa décision sur Twitter. 

« Le ramadan est un moment de réflexion spirituelle, de perfectionnement personnel et de culte accru. Pour la première semaine de Ramadan, moi aussi, j’ai décidé d’observer le jeûne. Je ne suis pas musulman mais je pense qu’il est important que je partage cette expérience avec les quelque 20 000 musulmans qui vivent à Peterborough, ma ville », a-t-il expliqué dans son journal vidéo quotidien, avant de lever un coin du voile sur la quête plus personnelle qui sous-tend son initiative : « J’espère en savoir plus sur la foi musulmane, tout en en apprenant un peu plus sur moi-même ».

A seulement quelques encablures de l’Hexagone, la perfide Albion nous donne une magistrale leçon de tolérance et de coexistence harmonieuse. Et c’est un bien amer constat qui en ressort : Coronavirus ou pas, hormis l’abstinence de l’intelligence qu’ils observent avec une rare constance, nos polémistes fiévreux du parisianisme ne font aucune diète purificatrice ou détoxifiante… Pas même celle qui les débarrasserait de leur islamophobie viscérale !


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom