Scandale au consulat du Sénégal En Côte D’Ivoire : L’amateurisme d’une « Lettre de souscription »

Les Consuls, nommés le plus souvent grâce à leur affiliation au parti au pouvoir – en l’espèce l’Alliance pour la république (APR) -, continuent de faire preuve d’amateurisme dans la gestion. Des comportements qui ne surprennent guère d’autant que ces « diplomates » n’ont subi aucune formation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains d’entre eux foulent toutes les règles. Sans retenue !

Après le Consul de Lyon, Alioune Diop, qui a fait perdre au contribuable sénégalais plus de 125.000 euros (82 millions F Cfa) à la suite de la confirmation de sa condamnation par la Cour d’appel de Lyon, le 08 septembre 2017, pour rupture abusive d’un contrat de travail, c’est au tour de son collègue de Côte d’Ivoire de se distinguer.

Dans une « lettre de souscription » en date du 02 janvier 2019, signée par le Consul général, Abdoul Karim Basse, et le Chargé des Affaires sociales, Fatou Dioum Mbacké (Voir Fac similé), le Consulat fait la manche. En rendant public une lettre de souscription dans laquelle on peut lire : « Chers Sénégalais de Côte d’Ivoire, chers citoyens, nous avons lancé cette souscription volontaire pour vous demander de contribuer à la hauteur de votre générosité pour permettre à notre projet, votre projet, de venir en aide à nos compatriotes qui sont en détresse et dans le besoin. »

Une entorse aux règles les plus élémentaires de la comptabilité publique. Car, l’Etat ne peut solliciter la contribution des citoyens que par la voie de l’impôt par la création de recettes versées aux guichets du Trésor sur le territoire national. A l’étranger, il faut impérativement un compte BCEAO dédié à cet effet ou chez l’Agent comptable de l’ambassade. Le tout avec une réglementation clairement définie. Autre bizarrerie, pour ne pas dire une règle de gestion basique, une recette ne peut être affectée à une dépense

Source :Journal Kritik

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom