Scandaleux ! Donald Trump appelle à la révolte contre le confinement aux Etats-Unis!

Il n’est pas d’accord et il le fait savoir. Le président Américain a demandé à ses partisans de se rebeller contre le confinement. Un geste qui divise quand on sait que les États-Unis sont devenus le premier foyer de l’épidémie.

Libérez le Minnesota !”, “Libérez le Michigan !”, “Libérez la Virginie !”, a tweeté Donald Trump sur compte. Le président d’un des pays les plus touchés au monde, vient de demander à ses partisans de braver, peut-être aux dépens de leur vie, les règles du confinement.

Boycott du confinement

En demandant la “libération” de certains États démocrates, Donald Trump fait fi des règles et du bon-sens. Cette révolte pourrait avoir lieu ce samedi 18 avril, dans des États où le port d’armes est autorisé. Son appel, le président le veut d’ailleurs menaçant : “Sauvez votre formidable deuxième amendement. Il est assiégé !”, scande-t-il en référence au droit des Américains à porter des armes.

Alors que les États-Unis comptent 3 000 morts par jour et plus de 34 600 décès liés au coronavirus, le pays est devenu le premier foyer mondial de l’épidémie. Comme partout, les populations les plus pauvres souffrent en premier du manque de protection sociale, mais aussi de la récession économique. À ce sujet, le Fonds Monétaire International (FMI) prédit : “une récession sans précédent depuis 1929 menace”.

Peu enclin à confiner son pays et voir son économie paralysée, Donald Trump s’est donc lancé dans une campagne de boycott, qui pourrait impacter la santé de millions d’Américains.

L’incompréhension

Il met des millions de personnes en danger face au Covid-19. Ses tirades déséquilibrées et ses appels à ‘libérer’ des États pourraient aussi mener à des violences” s’insurge le gouverneur démocrate de l’État de Washington, Jay Inslee. Il n’est pas le seul à déplorer le geste du président.

De nombreuses célébrités tentent de résonner les Américains, sur les dangers d’un rassemblement en cette période. À l’image de l’actrice Alyssa Milano. Connue pour ses prises de position dans le mouvement #MeToo, elle s’en prend à Donald Trump sur son propre terrain, Twitter.

Ce n’est pas ok. Donald Trump vous êtes le président le plus perturbé jamais vu. Vous incitez aux drames avec vos tweets et vous devriez être démis de vos fonctions pour avoir mis des vies en danger

Si de nombreux partisans de Donald Trump semblent prêts à participer à cette rébellion, de l’autre côté, les voix s’élèvent et pourraient faire basculer la présidence de Trump.

“Des actes dangereux et illégaux”

Le gouverneur de Virginie, Ralph Northam a lui affirmé qu’il n’avait “pas le temps de [s’]engager dans des guerres sur Twitter”. “Mon équipe et moi sommes en train de mener une guerre biologique” contre le virus, a-t-il asséné devant les journalistes. Ralph Northam a promulgué récemment plusieurs lois pour limiter les ventes d’armes et augmenter les contrôles sur les acheteurs (“background checks”), ce qui pourrait aussi expliquer le tweet de Donald Trump.

Quant au dirigeant du Minnesota, Tim Walz, il a rétorqué que sa “première responsabilité” était de protéger la population. “Si je pensais que nous pouvions retourner travailler dès demain, c’est exactement ce que nous ferions”, a-t-il ajouté. Le gouverneur démocrate de l’Etat de Washington, Jay Inslee, s’est lui aussi indigné des tweets présidentiels car ils encouragent, selon lui, “des actes dangereux et illégaux”. “Il met des millions de personnes en danger d’attraper le Covid-19. Ses tirades déséquilibrées et ses appels à ‘libérer’ des Etats pourraient aussi mener à des violences”, a-t-il tweeté.

Selon un porte-parole de Twitter, ces tweets de Donald Trump sont trop “vagues et ambigus” pour que le réseau social puisse en “déduire une intention de nuire” et les effacer. De nouvelles manifestations sont prévues samedi, notamment à Concord dans le New Hampshire, Annapolis dans le Maryland, Austin au Texas et dans le Colorado. 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom