Sénégal : Le vendeur « Yamba » condamné à 20 ans pour avoir tué un chauffeur de « car rapide »pour 200 CFA

Sénégal – Condamné le 21 août 2010 à 20 ans de travaux forcés pour avoir tué Ibrahima Dabo, chauffeur de «Car rapide», l’accusé Abdoulaye Sow a interjeté appel dans l’espoir de voir sa peine d’être réduite au minimum. Malheureusement pour lui, il va devoir purger.

Attrait hier, devant la barre de la Chambre criminelle de Dakar pour meurtre, le trentenaire a avancé la volonté divine pour justifier son acte. «C’est la volonté divine, je n’y pouvais rien», a-t-il lancé aux juges, les larmes aux yeux en demandant la clémence du tribunal.

Des propos qui n’ont pas convaincu le parquet général qui, dans son réquisitoire, a demandé la confirmation de la sentence de la première sentence. «Il a agi d’un clin d’œil en tuant Ibrahima Dabo. Je m’inscris en faux contre sa demande de clémence. La vie humaine est sacrée. Et si on la perd, ce sera pour toujours», a indiqué le parquetier, avant de revenir sur les faits.

Ce jour-là, a-t-il rappelé, Abdoulaye Sow et son ami Fata, sous l’emprise de l’alcool, ont emprunté un «Car rapide». Et sur le chemin, ils en sont venus aux mains avec l’apprenti qui leur a demandé 200 francs CFA pour le transport. Refusant de payer, parce que, selon eux, ils faisaient partie dudit corps, Fata s’en est pris à Moussa Sarr, le jeune apprenti. Ainsi, pour s’enquérir de la situation, Ibrahima Dabo, le chauffeur du «Car rapide», est sorti de sa cabine et a eu à échanger avec le sieur Sow qui l’a finalement poignardé à la carotide. L’accusé a par la suite déclaré à l’enquête avoir acheté le couteau dont il s’est servi le jour même des faits.

Après son forfait, l’accusé avait d’ailleurs pris la tangente. Abdoulaye Sow n’a été arrêté qu’au cours d’une patrouille de police. Interpellé, il a changé de nom. Mais, manque de chance pour lui, il était déjà connu dans le milieu de la drogue et chez les policiers. il est ainsi passé aux aveux et a déclaré que c’est lui qui a tué Ibrahima Dabo.

Condamné en flagrant délit à 2 ans fermes pour trafic de chanvre «yamba», il a écopé de 20 ans de travaux forcés le 21 août 2010 pour meurtre. Et à la barre lors de son procès en appel, hier, Abdoulaye Sow a continué de tergiverser. il a ainsi souligné que le jour des faits, Fata se dispute avec l’apprenti qui leur demandait 200 francs CFA pour le transport. Et comme Fata est issu du milieu des apprentis cars, il a refusé de payer.

«C’est par la suite que Fata en est venu aux mains avec l’apprenti. Puis, le chauffeur a quitté le siège de sa cabine pour venir s’enquérir de la situation. le chauffeur (Ibrahima Dabo) m’a alors insulté, avant de m’assener un coup avec une clé. C’est après que j’ai pris la fuite jusqu’à hauteur du vendeur de coco où j’ai pris le couteau et je l’ai poignardé. Après les faits, j’ai jeté le couteau», a–t-il rapporté. De nouvelles déclarations qui ont soulevé l’ire du procureur général. Ce dernier l’a ainsi sommé de dire la vérité sur l’origine du couteau. Les larmes aux yeux, il a réitéré l’avoir ramassé sur la table d’un vendeur de coco.

Condamné auparavant pour vente de drogue, l’accusé a indiqué avoir arrêté ce trafic depuis, avant de préciser que ce jour des faits, ils n’étaient pas ivres. Son avocat, pour le tirer d’affaire, a plaidé pour une application bienveillante de la loi pénale. Finalement, après délibéré, la Chambre a confirmé la décision de la première instance d’une peine de 20 ans de travaux forcés, et réservé les intérêts civils de la partie civile.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom