Sénégal : L’équation du troisième mandat (Par Nioxor Tine)

    C’est l’électoralisme, qui est à l’origine des violents soubresauts qui agitent la sous-région ouest-africaine, quand des autocrates gâteux, mais aussi des jeunes loups aux dents longues font montre d’un insatiable appétit de pouvoir.

    L’explosion d’une pirogue sénégalaise remplie de jeunes gens cherchant désespérément à rallier l’Europe renseigne beaucoup plus sur l’état de la démocratie africaine que les mascarades électorales, coups d’état constitutionnels et autres putschs militaires, qui tendent à devenir notre lot quotidien.

    Ce fait symbolise l’échec de cette classe politique peu soucieuse d’améliorer le sort de son peuple, mais prise d’une sorte de frénésie électoraliste, ne vivant que par et pour des positions de pouvoir.

    C’est l’électoralisme, qui est à l’origine des violents soubresauts qui agitent la sous-région ouest-africaine, quand des autocrates gâteux, mais aussi des jeunes loups aux dents longues font montre d’un insatiable appétit de pouvoir. Ils réclament des mandats additionnels et indus, qui viennent souvent couronner une gestion catastrophique.

    Et pourtant, ce phénomène du troisième mandat auquel les forces démocratiques – particulièrement la jeunesse – sont si allergiques ne fait que traduire l’inexistence d’un État de droit dans un contexte d’un présidentialisme hypertrophié écrasant les autres institutions, que sont les pouvoirs judiciaire et législatif.

    La vie démocratique est réduite à un cirque électoral, ne permettant pas aux masses populaires de défendre leurs droits économiques et sociaux.

    Tous les contre-pouvoirs sont neutralisés par l’intimidation et/ou la corruption. Les droits et libertés sont bafoués avec interdiction de manifester, limitation du droit d’expression et institution d’un délit de mal-pensance …

    Même le fair-play démocratique semble avoir fait long feu, du fait qu’on n’hésite plus à licencier ses adversaires, à les faire radier des listes électorales, quand on ne les fait pas emprisonner.

    Le processus électoral est truqué sous la supervision d’une CENI aux ordres.

    Des franges importantes de la classe politique semblent s’accorder sur les règles du jeu politique, à savoir la corruption électorale et pire, l’instrumentalisation de l’appartenance ethnique ou tribale à des fins politiques partisanes.

    Cette “ethno-stratégie” conduit par exemple certains jeunes guinéens à réclamer des armes pour installer leur mentor au pouvoir, ou alimente, au Mali ou au Burkina, les mouvements djihadistes, quand elle ne provoque pas des massacres interethniques, entre communautés cohabitant depuis des siècles.


    PARTAGER

    FAIRE UN COMMENTAIRE

    SVP faire un commentaire !
    SVP entrer ici votre nom