Sénégal : Me Abdoulaye Wade traduit en justice le Ministre de l’environnement après le transfert mortel de gazelles Oryx vers sa réserve privée

Le Ministre de l’Environnement du Sénégal, M. Abdou Karim Sall, est sous la rampe des critiques depuis qu’il a été accusée de conflit d’intérêt et de de “braconnage” en voulant déplacer des gazelles Oryx d’un parc national vers sa ferme privée. Un transfert qui s’est soldé par la mort de deux des six animaux sauvages.  Aujourd’hui, le parti démocratique sénégalais a décidé de porter l’affaire devant la justice.

Dans un communiqué, le Président Abdoulaye Wade, Secrétaire Général national du PDS a condamné le transfert des gazelles oryx dans la réserve privée du ministre de l’environnement et qualifié d’acte odieux le comportement du ministre. Et le président Wade d’instruire le PDS de porter plainte contre le dit ministre auprès du procureur de la République pour un crime contre nature (l’oryx étant une espèce rare protégée). Il faut aussi rappeler que deux oryx sont morts lors de leur transfert vers la réserve privée

Voici l’intégralité du communique du PDS

“L’opinion publique nationale et internationale est scandalisée par le transfert frauduleux de gazelles oryx, espèce figurant sur la liste rouge de l’UICN parmi celles menacées de disparition et bénéficiant d’une protection intégrale au titre de la sauvegarde de la biodiversité mondiale.

A la faveur de la coopération internationale environnementale de notre pays, cette espèce disparue du milieu naturel au Sénégal avait été réintroduite dans la Réserve de Guembeul dans les années 2000 pour servir au repeuplement de la Réserve du Ferlo, son habitat naturel.

C’est pourquoi, le transfert clandestin de six (6) sujets de cette espèce de la Réserve du Ferlo Nord vers la ferme privée du Ministre de l’environnement M. Abdou Karim Sall à Bambylor, qui évoque un « protocole » avec la Direction des Parcs Nationaux, service qui est sous sa tutelle administrative constitue à la fois un acte odieux de mal gouvernance entaché d’un conflit d’intérêt manifeste.

Les justificatifs fallacieux fournis par le Ministre de l’environnement sont nuls et non avenus aux termes de la loi 86-04 du 24 janvier 1986 portant Code de la Chasse et de la Protection de la faune qui réglemente les modalités de capture de la faune sauvage et ne prévoient nulle part un tel dispositif. Ainsi, la capture des gazelles oryx de la Réserve du Ferlo Nord constitue un acte de braconnage dans une réserve protégée, délit prévu et réprimé par les articles L30 et L31 du Code de la Chasse dont le PDS exige l’application sans aucune complaisance.

En effet, au moment où toute l’attention de la communauté internationale est concentrée sur la lutte contre le COVID19 qui monopolise notre attention et nos efforts pour garantir la sécurité des populations, il est inadmissible qu’un responsable à ce niveau de ‘l’Etat, de surcroît ayant la charge principale de protéger la faune sauvage, se livre à de tels actes indignes, assimilables à un crime environnemental.

Aussi, le Parti Démocratique Sénégalais attire respectueusement l’attention du Chef de l’État sur le comportement délictuel du Ministre de l’Environnement pour ce comportement immoral aux antipodes des valeurs éthiques et morales qui fondent une République et lui demande des sanctions immédiates.

C’est pourquoi en ce qui nous concerne, le chef de notre parti informé m’a instruit de porter plainte entre les mains du Procureur de la République pour que force reste à la loi et que les délinquants en col blanc comme le Ministre de l’Environnement ne puissent plus s’abriter derrière leur fonction étatique pour commettre des délits, en l’espèce un délit puni aussi par la loi internationale.

Le PDS reste solidaire avec toutes les associations environnementales nationales et internationales qui sont engagées dans cette lutte pour la sauvegarde des ressources naturelles fauniques de notre pays et, demande au Secrétaire Général National de notre parti, en son nom et au nôtre ainsi qu’avec toutes les associations de protection de la faune, d’engager sans délai toutes les actions judiciaires nécessaires pour que ce crime contre la nature, puni par la loi nationale et la loi internationale, soit ferment sanctionné.

En l’espèce nous demandons à notre Secrétaire Général National de porter plainte contre l’indigne Ministre de l’Environnement pour que nul ne soit plus tenté de s’approprier indument la propriété de l’État, c’est-à-dire du peuple Sénégalais”.

Fait à Dakar, ce 09 juillet 2020
Pour le Secrétaire général national,
Le Secrétaire national à l’Environnement et l’Ecologie
M. Mamadou DIOUF


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom