Série « Maîtresse d’un homme marié » : C’est de l’érotisme de bas étage (ONG Jamara)

La série télévisée « Maîtresse d’un homme marié », produit par Marodi Tv et qui passe sur la 2STV a suscité l’indignation de la part d’une partie de la société civile. Déjà critiquée pour les obscénités diffusés, la série s’est également attirée les foudres de la Ligue sénégalaise de lutte contre le tabac (Listab).

En effet, sur l’épisode 11 diffusé le lundi 4 mars dernier sur la 2STV, une actrice y est montrée en train de fumer de la chicha. Un acte considéré comme une violation de la loi antitabac.

« Marodi, à travers cette série, viole la loi antitabac. La Listab condamne fermement une attitude qui mérite d’être dénoncée tant au niveau national qu’international, car elle annihile tous les efforts déployés pour lutter contre le tabac en préservant la jeunesse d’une telle calamité« , écrit la Listab, qui annonce d’ailleurs une plainte.

Enfin, l’organisation rappelle que fumer la chicha équivaut à inhaler plus de 125 fois de fumée que lorsqu’on fume une cigarette. Pire, elle contient 25 fois plus de goudron et 10 fois plus de monoxyde de carbone. Donc, faire sa promotion est une violation de la loi antitabac, poursuit la Ligue.

«PERSONNE N’A LE DROIT de laisser nos enfants à la merci de certaines dérives audiovisuelles, qui banalisent les comportements déviants, comme le voyeurisme, le langage ordurier et obscène et les agressions sexuelles !», a écrit sur sa page facebook Mame Mactar Guèye de l’ONG Jamra.

Mame Mactar Guèye de l’ONG Jamra monte au créneau pour dénoncer les scènes osées de la série «Maîtresse d’un homme marié», produite par Marodi Tv. Dans un entretien il lâche ses vérités : «C’est une série qui est, pire que, ce que nous avons vu par le passé et qui nous avait poussés à organiser une marche de protestation, dès la première année de l’alternance. Elle est pire parce que non seulement, il y a cet érotisme de bas étage, que vous savez, mais le langage est ordurier et grossier. A l’instar de ces propos d’une actrice dans une séquence: «sama li ma ko mom makoy diox kuma nex».

Il ajoute ensuite : «Il y a une invite à la banalisation, à la vulgarisation du comportement de la femme. (?) il y a un minimum de respect que nous devons aux femmes. Qui non seulement, sont nos épouses, mais nos soeurs, nos tantes, nos mères. On doit éviter la dégradation systématique de l’image de la femme, par cette production p0rn*graphique».


A voir également : Série – Maitresse d’un homme marié – Episode 13 – VOSTFR

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom