Sondage : Pour Yacine Bâ Sall, DG de l’Institut BDA, “Jakaarlo Bi” devance de très loin les autres émissions

Yacine Bâ Sall, Directrice générale de l’Institut BDA, ayant réalisé à date récente une étude sur les habitudes de fréquentation des supports du Groupe Futurs Médias, la demande dudit Groupe, révèle la position de leaders, occupée respectivement, par la TFM et la RFM.

La Directrice de l’Institut BDA, titulaire d’une maîtrise des Sciences de Gestion de l’Université de Paris IX Dauphine, a travaillé à l’Institut BVA France et BVA Afrique. Munie d’une expérience solide et certifiée, elle s’est engagée avec un associé, pour créer l’Institut BDA qu’elle dirige de main de maître depuis 27 ans. Et dans un entretien accordé à nos confrères de leral, elle précise que l’enquête, plaçant la RFM et la TFM, leaders dans le paysage audiovisuel dakarois, a été effectuée dans les quatre départements de la région de Dakar. 

Pouvez-vous nous parler des plus grandes enquêtes que vous avez eu à mener au Sénégal ?

L’Institut BDA que je dirige, effectue des sondages et des études de marché. Nous offrons la gamme classique de services des grands Instituts internationaux, c’est-à-dire, des enquêtes quantitatives, des études qualitatives, des recensements et des études documentaires ou sectorielles et des panels. Tout ceci, nous le faisons au Sénégal et dans la sous-région ouest- africaine.

L’Institut BDA a pendant ses 27 années d’existence, effectué de très nombreuses enquêtes dans différents secteurs d’activités. Ce que je retiens comme enquêtes d’envergure, ce sont les enquêtes politiques. Par exemple, nous avons fait de vastes enquêtes sur les intentions de vote aux municipales, législatives et présidentielles. Il s’agissait d’enquêtes nationales sur tous les départements. Nous avons eu à faire des recensements des produits de téléphonie mobile dans tout le pays, des recensements des points de vente de produits de boissons gazeuses. Et, nous sommes également à l’origine du recensement des populations qui résidaient sur le tracé de l’autoroute à péage. C’était avant la construction de l’autoroute pour déplacer ces populations et pouvoir les indemniser.

Revenons à l’étude réalisée dernièrement, pour le compte du Groupe Futurs Médias. Comment l’étude a été faite ?

L’étude a été faite dans la région de Dakar. C’est important de le souligner. Ce n’était pas une enquête nationale, mais, une enquête circonscrite aux quatre départements de la région de Dakar. Nous avons travaillé sur un échantillon représentatif de la population, âgée de plus de 18 ans. Donc, pour ce faire, nous avons utilisé une méthode très connue qui a fait ses preuves. Il s’agit de la méthode des quotas. Cette méthode permet de reproduire fidèlement la structure de la population que vous voulez étudier dans un petit ensemble, appelé échantillon. Nous avons fait appel à 10 enquêteurs et 2 superviseurs expérimentés, sous le contrôle de notre responsable des opérations.

L’enquête s’est déroulée en face-à-face, aux domiciles des personnes à enquêter. Cela veut dire qu’elle ne s’est déroulée ni dans la rue, ni dans un lieu public. Les supports d’enquêtes utilisés ont été des smartphones. Dans ces appareils, on a inséré un formulaire qui correspond au questionnaire.. Simultanément, l’enquêteur enregistre les réponses de l’enquêté et les envoie dans un serveur. Les enquêteurs ont été contrôlés par leurs superviseurs qui retournent sur leurs pas, pour vérifier la véracité de l’enquête qui a été faite. Il y a aussi, des contrôles téléphoniques qui se font. Puisque, nous prenons les numéros téléphoniques des enquêtés. A noter que l’étude a été réalisée sur la période du 28 Août au 15 Septembre 2019.

Quels sont les résultats de l’enquête ?

Ce que donnent les résultats. Que ce soit du côté de la radio et de la télé, RFM et TFM sont leaders. Et, elles devancent leurs suivantes de manière significative.

Du côté de la radio, il y a la RFM qui se place en tête avec un score de taux de pénétration de 70%. Elle est suivie de Zik FM, RFI vient en 3e position, Sud FM en 4e place, Walf1 est cinquième, Iradio occupe la 6e place, Lamp Fall FM est à la 7e place, Vibe Radio est à la 8e place suivie de la RTS. D’autres radios ont été citées mais avec des scores faibles. Donc, le fait majeur, c’est l’arrivée d’Iradio qui se classe en 6e position.
Maintenant du côté de la Télé, la TFM reste leader avec un taux de pénétration de 92%. Elle est suivie de 2STV, Sen TV, RTS1, Walf TV, Novelas, Lamp Fall TV. Toutes les autres chaînes ont de faibles scores.

Quel commentaire sur les scores ?

Globalement, ce qu’il y a à noter, c’est peut-être l’apparition de Novelas dans le top 10, la 2e place de 2STV derrière TFM et la sixième place de Ia radio.

Que donnent les résultats de l’enquête pour le groupe Futurs Médias ?

La RFM et TFM sont toutes les deux leaders, chacune de son côté. RFM devance d’au moins 22,8 points ses concurrentes. Et, TFM devance ses concurrentes d’au moins 59,5 points. Au passage, on peut noter que par rapport à la dernière enquête BDA similaire, RFM et TFM ont progressé. 14 points pour RFM et de 11 points pour TFM.

En termes de comportements d’écoute, TFM est essentiellement suivie en soirée. Alors que RFM fait le plein le matin. En termes d’émissions, celle phare, c’est Jakaarlo qui devance de très loin les autres émissions. Jakaarlo est suivie de Kouthia Show, Yéwouleen, Quartier général et de Faram Faccé.

Sur RFM, on ne peut pas dire qu’il y ait une émission phare. Mais, plusieurs émissions sont au coude à coude. Il y a Deugantane, Grand Jury, Yoon Wi, RFM Matin et Xalass.

RFM et TFM ont toutes deux, un auditoire fidèle. Fidèle, dans le sens où 90% des auditeurs écoutent quotidiennement la RFM. C’est le cas pour TFM, pour laquelle 92,7% des téléspectateurs suivent cette télé. Donc, je pense c’est ce qui fait la force du Groupe. Non seulement, l’auditoire est fidèle, mais, il est ancien. Près de la moitié des téléspectateurs de TFM, la regarde depuis sa création. Alors que du côté de RFM, 80,6% des auditeurs l’écoutent depuis plus de 4 ans. Fidélité et ancienneté, elles ont toutes les deux, un noyau dur d’auditeurs et de téléspectateurs.

Est-ce facile de cerner les habitudes de fréquentation des supports du Groupe Futurs Médias ?

La réalisation des enquêtes médias ne présente pas globalement, beaucoup de difficultés. S’il s’agit des bases de sondages pour constituer l’échantillon, elles existent et sont parfaites au niveau de l’Agence nationale des Statistiques et de la Démographie. On a les outils de base pour construire nos échantillons. On travaille avec des statisticiens bien formés, des chargés d’études qui le sont aussi.

Du côté du sondé, les choses sont plutôt facilitées par le fait que les Sénégalais aiment les sondages, aiment être sollicités. Que ce soit sur les médias et sur les autres sujets. Les Sénégalais aiment donner leurs avis et il y a très peu de cas de refus de collaborer. Par contre, la seule difficulté toute relative, inhérente aux sondages médias, c’est qu’à un moment donné, on leur demande leurs habitudes d’écoute, heure par heure. Et, ce n’est pas évident. Parce qu’il y a une vingtaine de chaînes et des tranches horaires sur 24 heures. Cela fait appel à la mémoire et, on connaît le rapport des Sénégalais au temps.

Ainsi, il n’est pas évident pour eux, de se souvenir qu’hier, de 18 heures à 19 heures, j’ai écouté telle radio. Mais, nos enquêteurs ont des subterfuges pour contourner cela. Ils demandent à l’enquêté des heures de prière, les heures de descente aux bureaux, etc. Cette approche permet de pallier la difficulté, liée au souvenir des écoutes de radios. Il y a aussi, des cas de confusion. Puisque l’offre des radios et télévisions est plurielle. Et puis, il y a des cas de rémanence : une radio ou une Télé peut ne plus exister et l’enquêté va, vous la citer.

Que pourrait apporter la compréhension des habitudes de fréquentation au Groupe Futurs Médias.

La compréhension des habitudes de fréquentation d’un auditoire est quelque chose d’indispensable dans le pilotage des médias. Que ce soit le Groupe Futurs Médias ou un autre groupe. Elle permet de se jauger par rapport à la concurrence, de savoir ses forces et faiblesses. Une fois que l’on s’est jaugé, il est possible d’améliorer la grille des programmes. Donc, de proposer des programmes plus proches des désirs des auditeurs. Et, elle permet de valoriser la grille existante. Sans des études médias, vous ne pouvez pas arbitrairement, décider que pour passer à Jakaarlo, il faut tel montant par rapport à une publicité. Alors que, si vous faites une étude média, pour chaque émission, vous avez la valeur. Vous pouvez fixer des grilles tarifaires.

Les études médias sont très bénéfiques aux publics qui auront des offres avec de meilleurs contenus, aux medias qui s’améliorent, aux annonceurs qui peuvent faire un choix éclairé entre un média et un autre.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom