Tabaski 2019 : Macky Sall gracie 426 condamnés … et pour Khalifa Sall ?

Le ministère de la Justice informe que quatre cent vingt-six (426) personnes,  condamnées pour des infractions diverses et incarcérées dans différents établissements pénitentiaires du Sénégal dont trois cent soixante-dix (370) remises totales de peines et cinquante-six (56) remises partielles, viennent de bénéficier de la grâce présidentielle. 

Quatre cent vingt-six (426) personnes condamnées pour des infractions diverses et incarcérées dans différents établissements pénitentiaires du Sénégal dont trois cent soixante-dix (370) remises totales de peines et cinquante-six (56) remises partielles, viennent de bénéficier de la grâce présidentielle. Dans un communiqué du ministère de la Justice il est rappelé que le Chef de l’État reste ainsi fidèle à son engagement de donner une seconde chance à une catégorie de citoyens momentanément en conflit avec la Loi. Toutefois, ajoute la source il n’a pas jugé nécessaire de faire bénéficier de cette mesure de grâce les auteurs d’infractions récurrentes comme le vol de bétail, le viol ainsi que certains crimes liés à l’environnement. 

Khalifa Sall fait-il partie des personnes graciées ? Pour l’instant rien n’a filtré. Mais le ministère de la Justice informe que quatre cent vingt-six (426) personnes ont été graciées.

Macky Sall va-t-il accorder la grâce présidentielle à l’ex-maire de Dakar Khalifa Sall, incarcéré à la prison de Rebeuss ? En tout cas, Khalifa Aboubacar Sall sera un homme libre dans quelques heures, selon les propos tenus par le religieux et homme politique Ahmed Khalifa Niass. Pour ce dernier, et tel annoncé par certaines figures de proues de la sphère politique sénégalaise, l’ex-maire de Dakar fêtera la Tabaski avec sa famille.

Cette révélation s’ajoute à celle Soham El Wardini. Alors qu’elle livrait ses mots lors de la célébration de la 57e édition de la journée panafricaine des femmes, la maire de Dakar Soham El Wardini a fait savoir qu’elle a échangé avec le chef de l’Etat Macky Sall pour la libération de son prédécesseur Khalifa Sall. Mais, cette libération pré-méditée qui, d’une manière ou d’une autre sera la conséquence positive de l’indulgence du chef de l’Etat Macky Sall en la faveur de Khalifa Sall, suscite déjà des polémiques.

Pour le Professeur  Malick Ndiaye, « demander une grâce, c’est liquider politiquement Khalifa Sall », et approuver la procédure judiciaire initiée contre lui : « c’est le peuple qui doit aller à Rebeuss pour libérer Khalifa Sall », soutient le professeur Malick Ndiaye.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom