Tension en mer d’Oman : deux pétroliers saoudiens sabotés au large des Emirats arabes unis

La tension monte dans le Golfe. Le ministre saoudien de l’Energie Khalid al-Falih a annoncé, lundi 13 mai, que des « actes de sabotage » ont été perpétrés contre deux pétroliers saoudiens au large des Emirats arabes unis, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Les Emirats avaient annoncé dimanche que quatre navires commerciaux de diverses nationalités avaient été la cible d’actes de sabotage au large de Fujairah. Le ministre a précisé qu’il n’y avait pas de blessé ou de fuite de carburant à la suite de ces attaques, mais il a affirmé qu’elles ont « provoqué des dégâts considérables aux structures des deux navires ». Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal pétrolier saoudien de Ras Tanura pour des clients américains, a-t-il dit.

Chaque jour, près de 18,5 millions de barils de brut extraits par les pétromonarchies du golfe transitent par la mer d’Oman pour rejoindre l’océan Indien, soit 30 % de la production mondiale. Ce couloir maritime contrôlé à la fois par l’Iran et par Oman est l’un des plus stratégiques au monde.

Depuis plusieurs mois, la tension dans cette zone est montée d’un cran après que Donald Trump a dénoncé l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et rétabli les sanctions américaines. Une mesure qui a placé l’Iran au centre d’une nouvelle crise. Ajoutant à la tension, Washington a renforcé la présence militaire US dans la région en y déployant un porte-avions et des bombardiers stratégiques B-52.

En réaction, la semaine dernière, le régime de Téhéran a averti qu’il recommencerait à enrichir de l’uranium d’ici 60 jours si les puissances mondiales ne négociaient pas de nouvelles conditions pour l’accord.

Les structures des deux navires endommagées

Un nouvel incident vient souffler sur les braises. Dimanche, quatre navires dont deux pétroliers saoudiens ont subi des actes de sabotage dans les eaux territoriales des Emirats arabes unis, au large de ville de Fujairah, alors qu’ils pénétraient dans le golfe arabo-persique.

Le ministre saoudien de l’Energie, Khalid al-Falih, a précisé que ces actes n’avaient pas fait de blessé ni provoqué de fuite de carburant mais qu’ils ont « provoqué des dégâts considérables aux structures des deux navires ». Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal pétrolier saoudien de Ras Tanura au profit de clients américains.

Pour l’heure, les responsables de ces attaques n’ont pas été désignés. Le ministre saoudien a juste averti que « la responsabilité commune de la communauté internationale est de protéger la sécurité de la navigation maritime » en particulier des pétroliers, de manière à éviter les effets néfastes sur les marchés de l’énergie et l’économie mondiale.

Relayant son appel, Abou Dhabi a appelé la communauté internationale à « prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation. » De son côté, Bahreïn a qualifié l’incident d’«acte criminel dangereux ».

A Téhéran, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a demandé l’ouverture d’une enquête, jugeant l’incident « préoccupant » et assurant que « de tels incidents ont un impact négatif sur la sécurité du transport maritime ». Il a mis en garde contre les « complots » déstabilisateurs.

Ce sujet va probablement être abordé, ce lundi, à Bruxelles, où le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, rencontre les responsables européens pour discuter de « questions urgentes ».

L’Iran réclame une enquête

Les Emirats n’ont pas mentionné qui était responsable des attaques perpétrées dimanche matin mais ont déclaré que « mener des actes de sabotage contre des navires commerciaux et civils, de même que menacer la sécurité et la vie de ceux présents à bord représente une évolution grave ». Dimanche, Abou Dhabi a appelé la communauté internationale à « prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation ».

De son côté, l’Iran a demandé une enquête.« Les incidents qui se sont produits en mer d’Oman sont alarmants et regrettables », a dit le porte-parole des Affaire étrangères, Abbas Moussaoui, dans un communiqué en anglais. Il a mis en garde contre « l’aventurisme d’acteurs étrangers » dans la région.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom