Tensions entre Grande-Bretagne et Etats-Unis après des tweets de Trump sur les musulmans

WASHINGTON, DC - JANUARY 27: British Prime Minister Theresa May shakes hands with U.S. President Donald Trump in The Oval Office at The White House on January 27, 2017 in Washington, DC. British Prime Minister Theresa May is on a two-day visit to the United States and will be the first world leader to meet with President Donald Trump. (Photo by Christopher Furlong/Getty Images)

A l’origine, ces vidéos ont été postées par une certaine Jayda Fransen, figure de l’extrême droite britannique. Celle-ci a été  condamnée il y a un an pour des propos racistes. Si elle se dit ravie de ce joli coup de pub, en revanche, Theresa May a qualifié ces retweets « d’erreur« . Un avis largement partagé au Royaume-Uni, où Donald Trump est parvenu à faire l’unanimité. contre lui:

« Il s’invite aussi dans le débat ici et finit par banaliser la haine« , déplore Chuka Umunna, député britannique du Parti travailliste.

Comme à son habitude, Trump n’en démord pas. Et c’est à nouveau sur Twitter qu’il adresse une réponse cinglante à son homologue britannique : « Theresa May, ne vous focalisez pas sur moi, focalisez-vous sur le Terrorisme Islamique Radical destructeur qui se produit au Royaume-Uni. Nous, nous allons très bien !« , écrit-il.

Et qu’importe si les vidéos, au coeur du scandale sont sorties de leur contexte, au point de douter même de leur authenticité. Pour la porte-parole de la Maison-Blanche, là n’est pas le sujet. « Indépendamment des vidéos, la menace elle est bien réelle, c’est ce dont parle le président : le besoin de sécurité nationale et de dépenses militaires. Ce sont des choses dont le président parle depuis sa campagne et il continuera à en parler et à attirer l’attention sur ces sujets« , a déclaré Sarah Sanders.

Pour Donald Trump, la liberté de tweeter n’a pas de prix… quitte à provoquer une crise diplomatique avec son allier de toujours.

RTBF

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom